Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


samedi 12 décembre 2009

Réélection de Bernard Thibault, la CGT baisse son froc (encore une fois)

Il y a des fois où la tournure des événements fait qu’on se lève le matin et on se demande si tout ce qu’on fait, tout ce qu’on dit, tout ces mots de révolte alignés au fil du temps, toutes ces petites pierres que l’on pose jour après jour, on se demande si tout cela sert à quelques chose.

Et c’est un peu la question que je me suis posé lorsque j’ai appris la réélection de Bernard Thibault à la tête de la CGT.

Je ne pensais pas qu’il allait être réélu… Non, c’est vrai, j’étais persuadé que la grogne générale que j’avais cru discerner au sein du monde syndical allait pousser dehors ce monsieur un peu trop tiède. Durant cette année 2009 de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer l’inactivité du principal syndicat français, de même que ses postures plutôt paradoxales comme l’expulsion manu militari des sans papiers de la bourse du travail… On a même accusé son dirigeant, Bernard Thibault, d’être « atteint de sarkozysme aigu », comme si celui qui était sensé représenter l’opposition au patronat fricotait avec l’ennemi ! Avec tout ça, je me disais que le Thibault allait être remercié et que les masses laborieuses allaient se reprendre en main… mais non.

Certes, des voix se sont fait entendre lors de ce 49ème congrès pour dénoncer cette dérive libérale, mais lorsqu’il a s’agit de procéder au vote et d’élire le nouveau boss, ces voix se sont vite tu. D’ailleurs, chose bizarre, le Thibault était bien le seul candidat à sa propre réélection, ce qui me plonge dans un abyme de perplexité, et me fait me poser moult questions sur la façon dont ce syndicat fonctionne…

Or donc, Bernard Thibault, ce quinquagénaire à la coupe de cheveux aussi hasardeuse que sa conception de la lutte des classes rempile pour un quatrième mandat. Mandat qui devrait s’achever en 2012, c'est-à-dire en fait que ce tiédeux accompagnera la présidence de Sarkozy jusqu’à son terme, se faisant l’allié objectif de la sape systématique commencée il y a maintenant deux ans et demi.

Si maintenant la CGT se rallie à la conception nord-européenne du syndicalisme, à savoir que la lutte syndicale ne doit plus être dans la confrontation mais dans la concertation, il ne va plus rester que SUD pour réellement défendre les intérêts des travailleurs. Car il faut quand même savoir que cette fameuse concertation dont je viens de parler n’est en fait qu’une vaste fumisterie dont les seuls bénéficiaires sont les patrons et leurs actionnaires ! Vous le savez ça quand même ?
La seule chose que ces gens-là comprennent, c’est l’argent qu’ils gagnent. Et le seul moyen connu, et efficace, pour leur faire arriver à cracher quelques modestes avancées sociales ou pécuniaires, c’est la menace de leur faire perdre cet argent. Preuve en est encore hier, avec les augmentations de salaires obtenues par les chauffeurs routiers.

Le syndicalisme gagne lorsqu’il est dans la rue et qu’il agite un gros gun, pas lorsqu’il est assis en permanence à la droite de son patron !

Alors, traitez-moi de naïf si vous voulez. Pensez de moi que je suis un indécrottable utopiste rétrograde qui ne comprend rien à rien. Imaginez ce que vous voulez…
Mais le fait est que lorsque je vois, ce qui fut jadis le fer de lance de la lutte sociale et syndicale, la terreur du MEDEF et des bourgeois, rentrer dans le rang et baisser son froc. Et bien ça n’a pas vraiment de quoi égayer mes pensées…

Allez camarades ! Bonne journée à vous quand même !

14 commentaires:

philippe a dit…

heu...là, terreur des bourgeois? t'exagères un peu, il n'y a guère qu'entre eux qu'ils arrivent à se faire peur...Quant à la CGT je me souviens gamin, de leurs revendications à Brest pour construire des bâteaux de guerre. Des fois je me dis qu'il vaudrait mieux se battre les neurones pour inventer autre chose que de vouloir perpétrer des traditions. Evidemment, je n'ai pas inventé l'eau chaude et ce n'est pas tout seul que je vais trouver. Une nouvelle forme de réflexion et de lutte je vais souvent la lire chez Fabrice Nicolin et son blog, Planète sans visa, sans tomber dans l'admiration béate je trouve qu'il apporte du neuf à toutes ces vieilles lunes, comme dans son dernier livre "Bidoche"... bon c'était aussi mon quart d'heure militant fianlement et puis aussi un petit mot au passage pour dire que j'aime bien venir ici, chez mon bourgeois de Nice...la bise

Gwendal a dit…

Il fut un temps pas si lointain où l’on entendait parler de la CGT comme un repaire de dangereux trotskistes mangeurs d’enfants… En tous cas, c’est comme cela que cela qu’elle m’a été présentée pendant toute ma jeunesse par ma famille qui n’était pas bourgeoise j’te ferais dire !

Bon, je vais aller jeter un œil chez ton Nicolino voir ce qu’il a de si intéressant à dire…

(Je le crois pas, il m’a traité de bourgeois ?)

Pseudo a dit…

J'ai pas trop compris non plus, m'enfin ils devaient pas etre assez mure j'imagine…

Bon et sinon il y avait bien un opposant, enfin j'ai vu ca plusieurs fois, j'ai oublier son nom par contre :(

Bref, tfacon, si les gens en ont vraiment plein le cul, c'est pas tibaut qui les retiendra avec ses petits bras…

Quand la population se révolte hein…

Mais c'est vrai que comme pour d'autre chose, il est temps de tourner la page et arreter de rester sur des vieux outils qui ont eu un passé mais qui n'ont strictement plus aucun avenir.

Pseudo a dit…

Ah ca y'est, c'est Delannoy normalement.

Plutot a la gauche de la CGT si vous voyez :)

corto74 a dit…

Et si les travailleurs n'étaient plus si soumis à la puissance (ex ) syndicale ? Et si l'individualisme avait pris le pas sur l'action syndicale ?
Ca pourrait en partie expliquer : la baisse de la representation syndicale, la baisse globale du nombre d'adhérents,
Et de ce fait expliquer la timidité des grandes centrales, CGT en tête? Quant a Sud et son jusqu'auboutisme, n'est-il pas composé d'irreductibles qui n ont pas encore compris que la concertation devait en temps de crise remplacer la confrontation.
Biz

Pseudo a dit…

Alors, traitez-moi de naïf si vous voulez. Pensez de moi que je suis un indécrottable utopiste rétrograde qui ne comprend rien à rien. Imaginez ce que vous voulez…

Bien au contraire, mais tu t'en doute.
La lutte des classes est un fait, a partir de là, si certains refuse de la voir pour on ne sait quels raison, ma foi…

philippe a dit…

oui je t'ai traité de bourgeois, çà me fait rire, moi une fois ya un trotskiste énervé qui m'a traité de néo bourgeois parce que je lisais "Le Monde" et pas Politis, çà m'a troué le cul, lui qui n'avait que de la merde de supermarché dans son frigo et qui gagnait par mois 10 fois l'aumone que je reçois. Tout est relatif et compliqué et puis j'aime bien tembété

Gwendal a dit…

@Pseudo : Le seul opposant déclaré c’était effectivement Jean-Pierre Delannoy. J’avais déjà parlé de son blog je crois… Où Va la CGT ? (http://ouvalacgt.over-blog.com/) Mais je te confirme que Thibault c’est ben présenté seul à sa propre réélection…

@Corto74 : Je n’ose imaginer une telle chose mon cher Corto… Ca serait bien trop triste. Non, tu ne m’en feras pas démorde, les avancées s’obtiennent uniquement lorsque tu es en position de force pour discuter. La concertation, c’est une conception libérale imposée par les libéraux et qui tourne toujours en défaveur des travailleurs. Un seul exemple pour éclairer mon propos d’une lumière imparable : Les Contis.

@Re-Pseudo : La lutte des classes est effectivement une réalité>. Mais c’est le bouleau du libéralisme de nous faire croire le contraire…

@Philippe : Bon, ça va… Toi, t’as le droit de m’embêter un peu…
Remarque maintenant que j’y pense, il m’arrive certainement d’avoir quelques réactions digne d’un petit-bourgeois… Notamment en matière de femmes ou d’éducation. Mais ce sont des contradictions que j’assume et dont je fais tout pour me défaire !

Yola a dit…

Thibault ou pas Thibault, je ne sais pas. En tout cas, ça vaut vraiment la peine de réfléchir sur ce qu'est non seulement le syndicalisme mais aussi(surtout) l'action collective dans une situation de conflit avec l'employeur, car j'ai l'impression que les gens y croient de moins en moins, ont peur, pensent que de toute manière le patron sera toujours le plus fort. Et pourtant, quelquefois imposer un rapport de force est la seule façon, si ce n'est d'obtenir ce que l'on veut, au moins de ne pas renoncer à sa dignité.

Gwendal a dit…

@Yola : Bienvenu à toi Yola !
Tout à fait, car lorsqu’il s’agit d’argent, et il s’agit toujours d’argent, il y a toujours une situation de rapport de force qui s’installe. A mon sens, le propre du syndicalisme est de maintenir ce rapport de force. La pensée libérale (honnie soit-elle !) tend à justement instiller la peur dans l’esprit des travailleurs, et à leur faire croire que de toute façon, quoi qu’ils fassent ils ne gagneront jamais. Le syndicalisme, le vrai, c’est justement d’inverser les choses et de positionner le travailleur comme celui qui tient les rênes. Juste retour des choses, puisque c’est quand même lui qui propose sa force de travail.
Moi je serais prêt à parler de terrorisme syndical. Dans le sens où ce sont les travailleurs qui doivent faire peur aux patrons et non l’inverse.

Pseudo a dit…

Tout a fait Gwen, je rajouterais que le syndicalisme est en opposition au syndicalisme de la classe bourgeoise/patronal/exploiteur/enculé/tout ce que vous voulez :p

Euh et oui le MEDEF entre autre, c'est quoi? hein?


Bon, donc comme le reste, il y a toujours des opposé, il y a un + il y a un - etc

Ces gens là ne comprennent donc que la force.
Il fut un temps ou il avaient de la marge disons, ce fut les 30 glorieuse, la periode mitterand du début ou le social libéralisme pouvait cohabiter a peu pret correctement avec le capitalisme.

Hors là depuis longtemps miantenant ce n'est plus possible, nous en revenons aux fondamentaux.
Gauche/Droite.
Anti-Capitalisme/Pro-Capitalisme.
Rien ne peut exister entre ces 2 choses.

Certaine personne ne s'en rendent juste pas encore compte, et pourtant la crise l'a bien mis en évidence…

Pseudo a dit…

Ah tiens, juste un truc, dites moi ce que vous en pensez?

Cf en signature.

Gwendal a dit…

@Pseudo : J’aime bien ! Ça a le mérite d’être clair.

monique a dit…

Alors Gwen, repos dominical ou aggravation de l'état général ?

bises