Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


lundi 28 décembre 2009

J’ai encore rêvé d’Elle

Pas beaucoup d’inspiration en ce début de dernière semaine de l’année… Pas d’inspiration du tout devrais-je dire.
L’actualité tourne au ralenti en ce moment, à moins que ce ne soit ma pomme qui n’arrive pas à se connecter suffisamment au monde qui l’entoure pour en tirer de quoi gribouiller quelques lignes.
Ouais, c’est plutôt ça je pense… J’ai la tête ailleurs.

En ce moment je rêve beaucoup. Des rêves agréables en règle générale, mais surtout des rêves avec des personnages récurrents. Des femmes pour tout vous dire, et plus particulièrement une.

Et c’est ce qui m’est arrivé cette nuit, j’ai encore rêvé d’Elle.

Elle, ça va faire vingt ans que j’en rêve. Au début c’était quasiment toutes les nuits. Pendant cinq ans au moins, à chaque fois que je fermais les yeux, Elle était là. C’était des rêves douloureux, humiliants même. Elle me rejetait encore et encore. Elle se moquait de moi…
Imaginez un peu ce que cela peut être de revivre encore et encore toujours la même douleur pendant cinq ans… Ça fait un mal de chien je peux vous le dire. Parfois je me dis que c’est peut-être pour ça aussi que j’ai commencé à picoler à l’époque… Pour dormir d’un sommeil sans rêves. Mais cela ne marchait pas vraiment.

Puis les rêves se sont espacés au fil du temps. Pendant les dix années qui ont suivies, de tous les jours je suis passé à une fois par semaine, puis une fois par mois… Je vous dis ça comme ça, à la louche. Le contenu a changé aussi. De la douleur je suis passé peu à peu à des rêves plus… Comment dire… Au lieu de me faire du mal, elle me donnait de l’espoir. Une autre forme de douleur en fait…

Ces cinq dernières années, Elle ne me hante que quelques fois dans l’année, et se sont des rêves merveilleux. Erotiques la plupart du temps. Nous sommes ensemble de nouveau après vingt ans, heureux…
Avez-vous déjà rêvé que vous étiez heureux ? Le vrai bonheur, celui qui vous étreint les poumons à vous en faire mal. Des rêves tellement persistants que même le fait de vous les remémorer vous fait de nouveau ressentir cette étreinte ?

Et bien c’est ce qui m’arrive lorsque je rêve d’Elle. C’est tellement fort, physiquement, qu’il me faut parfois la journée pour m’en remettre. Dans des moments comme celui-là, je voudrais passer mon temps à dormir… Tien, pour tout vous dire il me tarde que midi arrive pour que je puisse manger et aller me coucher… Peut-être qu’Elle reviendra me voir ?

Je ne suis pas un adepte de l’oniromancie, loin de là. Pour moi les rêves ne sont que l’expression subconsciente d’une angoisse à travers le prisme des informations récentes que le cerveau tente d’ordonner pendant la phase du sommeil paradoxal… Pourtant, je regrette parfois de ne jamais avoir abordé cette histoire de rêves avec mon psy lorsque j’en consultais un… on avait déjà assez de boulot par ailleurs. Peut-être qu’il aurait eut une explication à me fournir sur tout ça ?

Bon allez, il va être onze du mat, et dans trois heures maxi je vais aller m’allonger sur mon canapé… La pénombre et les bruits du milieu de journée sont de grands pourvoyeurs de rêves, et il me tarde de découvrir si le fait de vous avoir parlé d’Elle me fera de nouveau la serrer dans mes bras…

Découvrez la playlist Elle avec Il était une fois

8 commentaires:

Cécile Delalandre a dit…

Est-ce que cela te fait oublier ton autre douleur? *_*

Gwendal a dit…

Dans mes rêves, je n'ai jamais mal à la cheville... Dans mes rêves je marche et même je cours !
C'est troublant parce que souvent j'ai une petite voix off qui me dit "Est-ce bien normal ?", "Tu ne devrais pas avoir un truc qui t'empêche de faire ça normalement ?".
C'est bizarre...

Cécile Delalandre a dit…

Jai oublié de te dire que ton texte était très beau...très émouvant, à peine impudique, juste assez pour se sentir un peu gêné, mais pas trop... plein de sensibilité et d'authenticité.. Bravo! *_*

Gwendal a dit…

@Cécile : Merci à toi ma chère Cécile… Et désolé si tu as pu te sentir un peu gênée, ce n’était pas le but.

Message à l’intention de la future élue de mon cœur si par hasard elle passe par ici :
Quelle se rassure ! D’avoir ce genre de rêve ne m’a pas empêché de tomber amoureux d’une autre depuis, ni même d’aimer sincèrement de nouveau. C’est juste un problème entre moi… et moi. Il n’y a pas de concurrence dans le domaine de l’amour, juste des histoires différentes qui se suivent...

monique a dit…

Et si cette "elle" était ton autre "moi", ton double féminin ?

ça expliquerait que tu y sois si attaché .
parce que moi, qui semble plus romanesque que toi, je ne peux imaginer qu'on puisse avoir quelqu'un dans la tête de manière aussi récurrente, durant si longtemps...y a un truc , là!

Gwendal a dit…

@Monique : Plus romanesque que moi ? Voilà donc un côté de ma personnalité que tu ne connais donc pas ma chère ! Mais c’est vrai que cela fait un bail que je n’ai pas eu l’occasion de pratiquer…

Louli a dit…

Bonjour,

je passe sur ton blog par hasard. Je cherchais sur google "j'ai encore révé d'elle".
J'ai lu ton texte en me demandant si moi aussi, ELLE me hanterait toujours.

Voilà 4 ans et demi que j'ai rencontré cette femme. Il y a 3ans nous avons vécu 6 mois d'un amour passionné et fusionnel (peut être trop?) avant de devoir nous quitter à cause d'un déménagement.

Depuis (2ans et demi donc), elle reste tout le temps dans mes pensées. Cela peut sembler insensé ou exagéré mais, à chaque occasion que j'ai de faire un voeux, c'est de pouvoir finir avec ELLE. Et moi aussi, je la vois, chaque nuit. C'est douloureux effectivement car en réalité nous nous aimons encore. Mais elle ne croit pas aux relations à distance alors elle ne veut pas être en couple.

Mais moi, de mon coté, toutes les nuits, c'est un peu comme si je vivais avec elle. Bonheur et peines. Je projette peut-être. Toujours est il que chaque nuit, je vis cet "imposible"..
Et oui, les journées sont lourdes parfois au souvenir douloureux de ces rêves.

Elle me manques tant.

Gwendal a dit…

@Louli : Si j’avais une chose à dire, mon cher Louli, pour peu que je puisse m’autoriser à dire quelque chose dans ce domaine, ce serait de lui en parler. Ne pas faire comme moi et laisser passer vingt années à s’enfermer dans des regrets.
Mais bon… Moi je dis ça, mais je n’ai pas été fichu de le faire depuis 20 ans.