Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


mardi 13 octobre 2009

La claque



Je viens de prendre un claque. Une grosse claque bien sentie en plein dans ma sensibilité d’être humain.
Il y a parfois des textes qui vous bouleversent, qui vous prennent aux tripes et vous laissent avec un arrière goût indéfinissable au fond de la gorge. Et ce matin je viens d’en lire un.

Il s’agit d’un texte intitulé Le cœur en hiver, et il a été écrit hier en fin d’après-midi par Jean-Louis Fraysse plus connu sous le nom du Coucou de Claviers.
C’est poignant, troublant, dérangeant… Bref, que des mots qui finissent en « ant ».

Alors, le moins que je puisse faire après avoir lu ce texte, c’est d’en parler. En parler et vous inviter à aller constater par vous-même ce que le talent et la sensibilité peuvent accomplir.

En plus, Le Coucou est un païs comme on dit par chez moi. Claviers ce n’est qu’à un jet de pierre de Flayosc, mon village… Je ne le lui avais jamais dit… C’est maintenant chose faite.

4 commentaires:

Homer a dit…

C'est vrai, ce texte est tout simplement poignant. Un truc qui prend aux tripes, j'y pense sans arrêt depuis que je l'ai lu.

Gwendal a dit…

En fait, je suis partagé entre l'envie et la tristesse. L'envie parce que j'aurais aimé l'écrire ce texte, et la tristesse car on ne devrait pas avoir à écrire des choses pareilles... (C'est compliqué !)

Le coucou a dit…

C'est mon tour de pas trop savoir quoi dire, sauf merci. Je suis touché.
Ensuite, te dire ma surprise: je ne sais pas pourquoi, ton nom sans doute, je t'imaginais en Bretagne… Mince de voisinage: Hermes à Lorgues, Céleste aux Arcs, et maintenant Gwendal à Flayosc… Que des blogueurs que j'aime lire! Il va vraiment falloir qu'on organise quelque chose pour se rencontrer tous!

Gwendal a dit…

Il n'y a pas de quoi, c'était sincère...
En fait, Flayosc est mon village oui, mais d'enfance ! J'habite Nice maintenant...
Mais pour ce sera toujours MON village, et le Var MON département.
Ecole primaire comme flayoscais, collégien et lycéen comme draçénois, enfin étudiant comme niçois et niçois depuis. Tel est mon parcours.