Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


samedi 24 octobre 2009

Je fatigue un peu là…

Ce matin je me suis levé avec une furieuse envie de ne rien faire. Une bonne grosse envie de glander propre à tout samedi qui se respecte.
Et puis, alors que je parcourais la blogosphère à la recherche d’un truc que j’aurais certainement regretté d’avoir manqué, ne voilà-t-y pas que ma télé adorée me susurre à l’esgourde un nouveau cas de déni de démocratie, comme hélas nous en avons désormais l’habitude.

Hier, un amendement proposé par le PS a été voté par 44 voix contre 40. Cet amendement proposait dans le cadre du budget 2010 de taxer les banques françaises de 10% supplémentaires. Une proposition fort juste au regard de la merde dans laquelle nous sommes et la responsabilité des dites banques à cet égard.

Comme pour le premier jet de la loi Hadopi, il semblerait que ce soit l’absentéisme lors d’un scrutin important qui soit responsable du passage de cet amendement. En effet, comme pour la loi sur l’internet, l’hémicycle était pratiquement vide et les quelques députés de droite et du centre favorables à cette taxe supplémentaire ont su faire la différence. 44 pour et 40 contre, moi j’ai envie de dire que c’est bien fait pour leur gueule et que ça pourrait nous rapporter entre un et deux milliards d’euros !

Sauf que le gouvernement n’est pas d’accord. Comme on s’en doute, celui qui a su sortir les banquiers de la mouise l’an dernier, ne tient pas à les embêter avec des taxes supplémentaires. On ne sait jamais, cela risquerait de compromettre les bonus de ces messieurs.

Alors qu’est-ce qu’il fait le gouvernement ? Hein ? Et bien il déclare tout simplement que deux de ses supporters seraient atteints de troubles psychomoteurs et auraient voté oui alors qu’ils pensaient voter non ! Les pauvres bichons !

Alors bien sûr, on va revoter tout ça ! Hein ! On va recommencer et cette fois-ci les députés de droite psycho-atteints vont faire bien attention au bouton sur lequel ils appuient ! Et puis tant qu’à faire, et bien on va faire revenir tous les absents et on va bien surveiller qu’eux aussi appuient bien sur le bon bouton… Mais on est où là ? En Irlande ?

Une mascarade de plus me direz-vous… Oui, je sais c’est lassant à force. Moi-même j’ai du mal à me décider entre une gueulante bien sentie, un rire ironique ou encore une envie de m’en battre l’œil… C’est vous dire.

Force est de constater que nous vivons dans un pays où la voix, les voix, du peuple sont déniées. Force est d’admettre que ce gouvernement n’en n’est plus à une mascarade ridicule près, pour cacher ses faiblesses. Force est de reconnaitre que nous ne pouvons rien y faire… Sinon gueuler encore et toujours.

Sauf que là, je fatigue un peu.

27 commentaires:

Didier Goux a dit…

Vous savez quel est notre vrai point commun ? Nous avons tous les deux utilisé le mot "esgourde" dans notre plus récent billet...

Sinon, faites comme moi : le samedi, c'est totale glandouille et je me remets au boulot le dimanche.

Gwendal a dit…

Il est vrai que certains mots de la langue française sonnent plaisamment aux esgourdes, ne trouvez-vous pas ?

Le coucou a dit…

Ça n'empêchera pas les députés de glandouiller et la maison Sarkozy d'avoir les esgourdes bouchées au mécontentement des Fraçais (en fait, provisoirement je m'en tape aussi, mais chacun dans son rôle, comme Didier l'est dans le sien).

Pseudo a dit…

C'est surtout que pour l'instant le peuple n'a pas trop de conscience et pour conséquence n'a pas les couilles de faire respecter sa volonté. (en a t il au moins reelement une…)

Gwendal a dit…

C’est vrai qu’on peut sans réserve s’étonner de l’inertie des peuples… Et pourtant, j’ai ouïe dire que les français étaient assez prompts à prendre la mouche, par rapport à d’autres.

Pseudo a dit…

C'est ce qu'il se dit (et c'est ptet pas pour rien qu'on a eu fut un temps le meilleurs système social…) cela dit ils la perdent très vite s'te mouche aussi je trouve…

Gwendal a dit…

Pas faux...

Roux a dit…

Bonjour et merci pour votre flatteuse présentation de notre site NosDéputés.fr.
Je me permets d'intervenir ici dans vos commentaires pour vous signaler que vous pouvez retrouver au fil de l'actualité les amendements et les débats tels que celui-ci en "direct" sur le site et venir exprimer vos commentaires sur ces différents points.
L'amendement en question est par exemple consultable à l'adresse suivante: http://www.nosdeputes.fr/amendements/1946/48

Gwendal a dit…

Et bien, il n’y a pas de quoi ! Lorsque j’aime quelque-chose je le faire savoir, et votre site me semble de qualité alors… En tout cas, je suis flatté que vous veniez me remercier, ce n’était pas le but, mais j’apprécie.

David C. a dit…

Un débat très tendu à propos du Budget 2010 de la France est attendu dans l'hémicycle de l'assemblée National. Nous pouvons déjà noter un fait rarissime, la défiance des parlementaires par rapport au gouvernement même au sein des élus de la majorité!
Nous devons profiter de l'opportunité, Le citoyen doit encourager son député à rediriger les débats sur des questions légitimes : l'effondrement du système financier, l'illégitimité de la dette publique, les politiques d'austérité, etc...
Nous devons nous inspirer de la commission d'enquête parlementaire sur l'origine de la crise de 1929, dirigé par Ferdinand Pécora pour comprendre l'emprise mafieuse des intérêts financiers sur la République, afin d'ouvrir la voie au véritable changement de système.
Nous devons exiger la fin de la folies des faux débats !
Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe dirigeante, en montant sur la scène de l'histoire! Afin de rompre avec la règle du jeu!
Je vous invite à lire et à partager le dernier tract de Solidarité et progrès :
http://www.solidariteetprogres.org/...
Il est temps que toutes les révoltes particulières donnent naissance à un projet commun révolutionnaire!
David C.
david.cabas.over-blog.fr

2Casa a dit…

Salut Gwendal, merci pour le tuyau sur U2, les réacs des 80's vont pouvoir s'éclater : yesss, j'en suis !

Qu'est-ce que ça te fait de te voir, comme moi, transformer ton blog en abribus par S&P ?!

Drôles de méthodes, non ?

Le problème de fond que j'y vois c'est un peu le même qu'avec les complotistes en général (et mon spectre de comploteurs est large...) ce n'est pas parce que l'on part de constats exacts que les inférences ou les "postulats" (ce vers quoi on remonte dans la réflexion) qu'on produit sont justes pour autant. Drôles de mécaniques que ces groupuscules-sectes-etc qui ratissent au plus latge sur le net en quête de toutes les solitudes, non ?

Bonne patate pour ce matin !

Gwendal a dit…

Bof... Même si je trouve le racolage un tantinet impoli, je le tolère tout de même un peu... De temps en temps... Faut pas abuser quand-même...

Bonne journée à toi !

David C. a dit…

Merci 2Casa

Je vois qu'on peut toujours compter sur pour organiser un vrai débat d'idées autour de rumeurs et de calomnies!

Si SetP n'a aucun interet pourquoi autant d'acharnement ?

On ne pas être d'accord avec nos solution! mais que proposes tu? Comment mettre fin à l'accélération de l'effondrement du systéme financier?

La situation est dangeureuse! Il y a un choix à faire rompre ou non avec la règle du jeu!

Merci

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Gwendal a dit…

C'est quoi S&P ?
Ah d'accord... (j'ai regardé sur wiki)
Je ne savais même pas que vous existiez dis-donc !

2Casa a dit…

Au secours Gwendal !

J'ai un commentaire qui ne passe pas (trop long) et je n'arrive pas à le copier pour le passer en deux fois... Comment que je fais ?!

Gwendal a dit…

Envois le moi par mail.

2Casa a dit…

En fait je peux pas le copier je l'ai rédigé sur ton truc de blog qui n'autorise pas la copie (ou alors comment ?) ! Aaaargh !

Gwendal a dit…

essaye d'utiliser les raccourcis clavier plutôt que la souris pour copier coller. (Contrôle+C, contrôle+V)

2Casa a dit…

Rien à faire... Ch'uis vert avec ma page ouverte et mon com' de trois kilomètres !

:)

Tant pis. Je laisse comme ça en attendant l'idée géniale.

Désolé pour la cuisine sur la technique. Tu peux bien sûr effacer les commentaires parasites si tu le souhaites.

Gwendal a dit…

Moi, la plupart du temps je fais un brouillon... :)

2Casa a dit…

Cela paraît tout à fait sain. :)

Mais je bug : avec blogspot rien ne marche ni ici ni ailleurs. Ni copie, ni fonctions spéciales...

Bref.

Je saurai quoi faire la prochaine fois. Quoiqu'il en soit j'ai réussi, il est parti par mail. Ouf.

Gwendal a dit…

Donc me voici transformé en facteur, et je publie donc le commentaire de 2Casa à destination de David.c.

Comme tout bon facteur ne ferait pas je l’ai cependant lu avec attention avant… (Non, ce n’est pas de la censure, c’est du contrôle. C’est pas pareil.)

Je suis d’accord avec tout !


Salut David C.

Je vais prendre le temps de te répondre un peu plus longuement que sur mon blog. Terrain neutre. Pas de modération a priori, sinon celle que notre délicatesse nous impose. Le ton est donné.

"David C." c'est bien joli. Mais tu ne parles pas en nom propre. Première chose et première critique de ma part.

Voilà près d'un an que je réfléchis à toutes ces questions (économiques, politiques, sociales...) en tentant de définir pour moi une appartenance claire à une mouvance quelconque. Rien ne me sied. Tout simplement parce que la pensée d'un individu - dans sa complexité et ses contradictions – ne peut s'exercer dans le cadre restreint d'une idéologie donnée.

Au sujet de l'idéologie je ne saurais trop te conseiller l'ouvrage de sociologie de Mme C.Moreux, dispo sur le net, "la conviction idéologique". Ou éventuellement de lire un billet (en chantier !) chez moi qui s'appelle "Excuse me Mr L.A." et qui essaie (dans mon cas perso comparé à celui d'un autre blogueur) de définir ce qui ressort de l'idéologie (croyance fondée sur un noyau dur d'affects) ou de l'exercice de la raison.

Dans cette première critique je te reproche donc de te présenter comme individu quand tu sers un mouvement, une idéologie, qui comme telle se présente comme édifice rationnel, ultra-rationnel, même, puisqu'il a tendance dans sa dynamique propre à tout réintégrer (même les arguments contraires : on pourra constater sur pièce le sophisme que tu emploies "argument de la diabolisation" propre à toutes les idéologies, même les plus nauséabondes, je ne cite personne, suivez mon regard !) ou encore la charge du renversement de la preuve (ta question innocente : "que proposes-tu ?"... C'est à un individu seul que tu t'adresses. Ni omniscient, ni omnipotent. Mais en tout certainement pas décidé à se faire rouage d'un parti (au risque de ne pas adhérer à l'ensemble de ses propositions et de devoir manger son chapeau) et qui conserve toutes ses facultés critiques – le peu qu'il ait - pour ne pas gober en bloc un modèle donné. Les réponses seront à sa mesure : imparfaites, rhapsodiques, mais certainement pas monolithiques, et totalisantes (pas totalitaires, hein, mais la racine est là, c'est comme les mauvaises herbes ça) et surtout pas données d'avance dans le manuel du parfait petit militant avec argumentaire, réponses aux objections, pièges et autres...

Gwendal a dit…

Suite…
Mais, tu vois, je donne encore dans ces pièges en passant bien trop de temps à discourir avec toi. C'est le gain minimal que vous obtenez à chaque discussion : on aura fait du bruit autour de vous ! (Preuve en est le commentaire de Gwendal : il vous découvre)

"Si S&P n'a aucun intérêt pourquoi un tel acharnement ?"

Pour en finir avec la diabolisation : ce ne sont pas toutes les idées de S&P qui sont mauvaises - c'est même la très grande force des idéologies (et le FN en est une preuve parfaite) de partir de constats exacts ou courament admis (ou habilement lissants dans le sens du poil), points de contact avec la réalité qui crédibilisent l'ensemble du discours comme par contagion, capillarité, et d'en tirer soit des conclusions fausses (ce qui est toujours possible), soit de remonter à des postulats tout aussi erronnés mais cependant vraisemblables. Mais la "contagion" fait que l'on a tendance à les accepter. (Tu sais c'est l'argument des "oui" chez le vendeur de base : si le client a été amené à approuver dix fois, il aura du mal à dire non à la onzième... Mais je vais pas t'apprendre ton métier, hein ?)

Et quand on critique S&P ce n'est pas pour sa façade - qui est bien ce qu'elle est : une vitrine - mais pour ses méthodes (sectaires) ses proximités politiques aux US avec les anarcho-capitalistes (droite-extrême ou vaguement milicienne) la personnalité de son lider-maximo (instrumenté comme raccoleur de toutes les détresses et de toutes "les révoltes individuelles", ce sont là tes propres mots).

Ta façon de procéder, par exemple, qui moi me heurte : prendre les blogs pour des abribus avec en prime l'argument "victimisation" comme vos trop célèbres confrères de tous bords... Rien à voir, donc, avec le débat d'idée démocratique que tu proposes qui n'est, je le répète, que la façade d'un mouvement idéologique dont la fin dernière - par définition - est "pratique" : transformer le monde. Pas le connaître. Pas atteindre la vérité pour ensuite déterminer une ligne d'action. L’inverse de la démarche que je prétends essayer de suivre.

"Comment mettre fin à l'accélération de l'effondrement du système financier" Tu veux empêcher l'effondrement ou juste l'accélération ?

Blague à part : certains auteurs pensent que le système est probablement en phase d'agonie, ce ne sont pas les manipulations statistiques qui vont y changer quelque chose. La crise est réelle, elle est profonde et peut-être insurmontable. Pour ma part je ne considère aucune solution toute cuite comme la panacée qui permettrait de résoudre ou de sortir de la crise sans coup férir. Crise qu'on ne peut considérer qu'à tort comme exclusivement économique : elle est environnementale, anthropologique... Ses solutions devront donc être de cet ordre également.

Certains se sont proposés, par exemple, de rédiger une "constitution pour l'économie" (voir le site "ECCE" espace collaboratif pour une constitution pour l'économie) ouverte à tous et destinée selon la formule de celui qui la propose : à nous faire sortir de l'état de nature (guerre de tous contre tous) dans le domaine économique comme nous en sommes sortis au niveau politique en nous dotant de l'état de droit par le truchement d'une constitution (elle-même fondée sur des textes comme la DUDH, etc) (je ne dis pas démocratie, et surtout pas démocrature comme en ce moment)...

Gwendal a dit…

Resuite et fin…
Là encore rien de ferme et définitif, tout le contraire d'une idéologie, mais un lent travail de maturation, de discussion et d'élaboration par tous ceux qui veulent bien participer... Pas de réponses toutes faites, pas de vérité révélée, par de remise – une énième fois - du pouvoir des citoyens dans les mains d'une autorité extérieure en charge de notre salut - puisqu'elle est passée de l'autre côté du mirroir.

Après Dieu, la Science ou Le Glorieux Marché Qui Rend Heureux, voici venu le temps de l'Homme.

('Tain, c'est bô ce que je dis nan ?!)

En gros : ras-le-bol de tous ces machins extérieurs (transcendants) auxquels on s'en remet qui nous disent que ci ou ça pour notre bonheur... Prenons les choses en main et définissons nous mêmes ce pour quoi nous faisons ce que nous faisons (Question morale des fins de l'activité humaine)

Voilà, vite fait, pour ne pas te laisser le mot de la fin et proposer mon lot de demi-solutions comme tu me mettais en demeure de le faire. Je sais que j'ai tort... Mais bon, je ne peux pas m'empêcher !

Désolé Gwendal pour le squattage en règle et merci de nous ouvrir cet espace aussi gentiment. Désolé pour tes lecteurs qui vont se demander qui c'est ce neuneu qui ne sait pas qu'au grand jamais on ne doit feeder le troll ! (Et encore moins un militant qui dispose de 300 pages d'argumentaire !)

Bon week end à toi Gwendal, à toi aussi David...

Et bon apostolat prosélyte !

2Casa

2Casa a dit…

Merci Postman !

2Casa a dit…

Bon, il est où notre démocrate ? ;)

Gwendal a dit…

Tu lui as fait peur...