Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


vendredi 7 août 2009

La justice avant la loi

Yo les aminches ! Je voulais revenir avec vous sur la petite sauterie qui a eu lieu ce matin à Matignon.
Pour ceusses qui n’ont pas les neurones branchés, abrutis qu’ils sont par le farniente et les odeurs de crèmes solaires, je vous refais le résumé des épisodes précédents.

En début de semaine le site de Libération.fr révélait que la banque BNP Paribas venait de provisionner la somme d’un milliard d’euros dans la perspective de rémunérer ses traders en fin d’année. Provisionner, ça veut dire qu’au vue des résultats plutôt bons de ce premier semestre 2009, la banque prévoit, si le second semestre se révèle de la même mouture que le premier, qu’elle aura cette somme à verser à ses employés. C’est de la simple gestion comptable, et la comptabilité de la banque a l’obligation de déclarer publiquement ce genre de provision. Cela permet aux acteurs, les actionnaires ou l’Etat, de savoir un peu ce qui les attend dans les mois avenirs.

Aussitôt l’information connue, les médias s’emparent de l’affaire et se font les porte-paroles du français moyen qui n’entrave quedalle aux bilans comptables, mais qui a le poil qui se hérisse sur l’échine dès qu’il entend parler d’une telle somme. D’ailleurs, moi-même (Vous parlez d’un média !), je vous en parlais dans ma revue de presse d’hier…
Bref, face au tollé général, et malgré les déclarations répétées de la bonne foi des intéressés, toute la clique bancaire (entendez les grands argentiers de notre pays) se retrouve convoquée d’urgence dans le bureau du proviseur pour se faire remonter les bretelles. Ça, c’était donc ce matin.

Sauf que ce matin, à ladite remontée de bretelle, n’étaient présents ni la prof d’économie hystérique, Christine Lagarde ni le proviseur dépressif, François Fillon. Ce qui démontre bien à mon sens que cette petite sauterie n’avait que pour but de rassurer l’opinion public, et non-pas de transmettre un réel message au secteur bancaire. D’ailleurs, preuve en est, ce même secteur sera de nouveau convoqué le 25 août prochain par le Nanoprésident himself.
En clair, on organise vite fait une petite réunion, histoire de montrer qu’on est concerné par ce qui se passe, mais en fait comme la seule personne qui décide est actuellement en train de ce faire bronzer les miches au Cap Nègre, il faudra que vous repassiez M’sieurs-Dames !

Donc, il s’agissait d’une réunion pour l’esbroufe, on est bien d’accord. Un truc sans grande valeur si ce n’est le message qu’il est sensé transmettre : « Rallongez-vous sur vos serviettes braves gens ! Tout va bien ! Le gouvernement s’occupe de vos intérêts ! ».

D’ailleurs, les patrons de banques sont ressortis ce matin avec sur le visage la parfaite expression de l’angélisme bafoué. Ils étaient venus pour se faire rappeler les quelques petites règles morales édictées au dernier G20, mais comme ils n’ont eu aucun mal à les respecter vu leur petitesses, ils étaient dans leurs petits souliers. Ils ont eu même le culot de rappeler qu’une des contreparties exigée par l’état, l’augmentation du nombre d’octrois de crédits aux entreprises, avait été respectée ! Oui M’sieurs-Dames ! Plus 3,5% ce dernier semestre !
3,5%... J’imagine que la somme que représente ce ridicule pourcentage n’atteint pas le milliard provisionné par la BNP. Enfin… moi j’dis ça, mais j’ai pas les chiffres…

Cela-dit, je me rends compte que ni les banquiers, ni le gouvernement, ni-même les médias ne parlent de la raison qui fait qu’une telle annonce choque le français moyen.
C’est vrai quoi ! Les traders de chez BNP se partageront un milliard en fin d’année, grand bien leur fasse ! Le problème est que dans la tête des gens, et à juste titre selon moi, il règne une confusion, un mélange des genres savamment entretenu, entre les bénéfices issus de l’activité financière (ceux qui vont profités aux traders), et l’économie réelle.
J’explique.

Tant que se seront les mêmes établissements qui joueront à la fois en bourse et qui gèreront l’argent du péquin moyen, cette confusion perdurera. Et c’est pour ça que le public râle.
Car, soyons honnêtes, c’est quand-même avec notre fric que ces gens-là font joujou. C’est quand-même avec nos pépettes que ces gens-là se payent. Il est donc juste et normale que nous soyons indignés de voir ces types toucher je ne sais combien de fois le smic en gratifications, alors que nous galérons pour nous voir accorder un délai de paiement ou une ligne de crédit supplémentaire.
Donc, Messieurs les banquier, si vous ne voulez plus passer pour des voleurs (ce que vous êtes finalement), séparez distinctement vos activités boursières tellement rémunératrices de la gestion des comptes courants et professionnels. Comme ça, si vous vous plantez, il n’y aura que vous de touché !

Un jour j’ai entendu un type dont j’ai parfaitement oublié le nom dire une chose qui résume assez bien cette affaire… Il disait que les français seraient toujours foncièrement indisciplinés, car ils font toujours passer la justice avant la loi…

Je vous laisse méditer là-dessus !

6 commentaires:

Dragonfly a dit…

C'est t-y pas honteux de voir des choses pareil ....
Contente de te retrouver , toi le perplexe , l'inquiet .......
Bisou d'amitié !
Dragon .....fly !

Gwendal a dit…

Bise à toi… Dragonfly. Je me marre à l’avance en pensant à ceux qui viennent par ici, et qui vont tenter de deviner qui tu es ! Gardez ça pour vous si vous trouver !

Anonyme a dit…

Je ne vois pas qui est ce dragon volant, mais je la salue..sans doute une posteuse de LTL ?

Oui Gwen, dans mon comment.de ta revue d epresse, j'avais suggéré le coiffeur de CARLA pour recevoir les banquiers ...ce n'aurait pas été pire !
Je crois que ce qui fit bondir le pékin moyen, comme tu dis, c'est que c'est l'argent de l'Etat ( donc le nôtre) qui a renfloué les banques en crise(?) et qu'on continue à engraisser les traders, comme si rien ne s'était passé.
Or, la question est : les banques ( BNP par ex.) ont-elles ( déjà) remboursé capitaux et intérêts à l'Etat ?
je ne sais...mais si ce n'est pas le cas, il est humain que les usagers des banques ( qui sont aussi les prêteurs )se posent des questions sur l'utilisation des fonds...
Mob'

vérif : emarammy ( record battu)

gauchedecombat a dit…

je confirme : je suis effectivement très indiscipliné ; je n'irai pas travailler le dimanche...

Gwendal a dit…

@Mob : Non, les banques françaises, contrairement à la plupart de leurs consœurs américaines, n’ont pas encore remboursées l’argent prêté par l’état… 5 Milliards rien que pour la BNP. Mais je pense que ce qui participe aussi à la grogne des français, c’est que la plupart n’ont pas les moyens de posséder des actions, des SICAV, ou autres produits financiers basés sur la « croissance ». La plupart n’utilisent les banques que pour gérer leur compte courant ou d’entreprise, et ils ne participent pas à cette dérive financière qui rémunère ces banquiers. Enfin si, ils participent aux dépenses mais n’ont aucune espèce de rémunération ni contrepartie. Bien au contraire.

Bienvenue à Gauche de Combat ! Je vous engage à aller jeter un œil sur son analyse du MODEM que j’ai trouvé particulièrement pointu et bien écrit : http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/08/09/modem-mouvement-vaguement-democrate/

cazo a dit…

Il fut un temps où le quidam n'était point contraint d'ouvrir un compte bancaire, il fut un temps où les banques se concurrençaient sur les taux d'intérêts, des prêts comme des placements, sur la qualité et le nombre de services gratuits...

Puis à mesure que l'informatique permettait de diminuer le nombre de soutiers et que le marché financier échappait aux contrôles politiques, elles se sont enrichies, mais ont ont aussi accuser des pertes qu'elles ont fait assumer à la totalité de leurs clients, en rendant payant des services jusqu'alors gratuits, en démultipliant les raisons d'extorsion de différentes sommes aux détenteurs de compte (pas toujours légales du reste), bref ils pratiquaient déjà un fonctionnement injuste et immoral : redistribution des bénéfices à une minorité (personnel et clients), compensation des pertes sur l'ensemble des clients... et en bonne logique fractale... au plan macrosystémique, cela donne une privatisation des bénéfices, nationalisation des pertes.

Les deux secteurs d'activité bancaire ne sont donc pas indépendants...