Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


lundi 11 août 2008

La forêt du Grand Tétras (1)

Bien, mes amis ! Cela va faire bientôt un mois que nous n’avons pas causé de forêt. Moi, ça me manque un peu, et j’aime à supposer que c’est votre cas. Alors, en ces temps troublés où la Sarkozyte nous guette, je vais vous emmener prendre un bol d’air dans le Jura. Plus précisément sur les hauteurs du Pays de Gex, là où le Crêt de la Neige surplombe le lac Léman du haut de ses 1720 m. En 1995, je fus embauché par l’employeur chez qui j’avais réalisé mon stage de spécialisation « gestion patrimoniale des espaces boisés ». Il s’agissait de la toute jeune (à l’époque) association responsable de la gestion de la réserve naturelle de la Haute Chaîne du Jura. Il faut croire que je leur fis bonne impression pendant ma période de stage, puisque je me vis confier une étude un peu particulière. Je dis particulière car, pour autant que je sache, c’était la première fois qu’un tel travail était entrepris… Je vais donc essayer de vous raconter cette étude qui, en vrai, fit l’objet d’un rapport de 48 pages (recto-verso et hors annexes). Je dis bien « raconter »… Ne vous faites pas de bile, je vais faire en sorte de vous la narrer avec simplicité et un minimum de jargon professionnel.
Allez ! On attaque !
Comme vous le savez sans doute, ou pas, la gestion des réserves naturelles est dépendante des différentes subventions que l’on daigne bien lui octroyer. Ce qui fait que la plupart du temps, il n’y a pas beaucoup d’argent dans les caisses. De plus, contrairement à un Parc Naturel Régional qui a vocation d’assurer le développement d’une partie de région (que ce soit sur le plan touristique, culturel ou économique) et qui touche des sous de partout, la Réserve Naturelle a un but strictement conservatoire. Or, dans ces années là, l’Europe dispensait pas mal de fric pour un projet nommé : Le programme Life Tétraonidés. De quoi s’agit-il ?
En Europe donc, il existe un oiseau un peu bizarre dont le nom scientifique est Tetrao Urogalus, ou Grand tétras ou encore Grand Coq de Bruyère. Outre le fait que cet oiseau était, et est toujours, en voie de disparition, c’est également une espèce bio-indicatrice de première importance. Une espèce bio-indicatrice est une espèce, animale ou végétale, dont les besoins sont tellement spécifiques, tellement « pointus », qu’elle en devient une sorte de système d’alarme. Au moindre changement du milieu, au moindre petit problème écologique, l’espèce voit ses effectifs s’amoindrir. On se sert donc de ces bio-indicateurs pour surveiller l’environnement et quantifier l’impact de l’homme sur le territoire. Par exemple, un animal bio-indicateur assez connu est la truite, qui signale par sa présence, la qualité des eaux de rivière…
Vous comprenez donc pourquoi il est important d’étudier ces espèces, de comprendre leurs modes de vie pour pouvoir ainsi agir au mieux pour notre environnement. Et c’est pourquoi l’Europe était prête à lâcher un peu de sous pour financer tout ce qui pouvait être utile à ce mystérieux volatile.
Vous devez vous dire : Mais Gwendal, il est forestier pas ornithologue ! Quel rapport peut-il bien y avoir ? Patience mes amis, j’y arrive.
Dans le Jura, réside une population de Tétras. Oh, c’est pas folichon comme population, 300 bestioles à tout casser, mais il y en a suffisamment pour justifier le fait qu’on s’y intéresse. Le souci est que les forêts où réside ce noble oiseau sont en même temps des lieux où les pratiques humaines sont nombreuses. Il y a des pistes de ski, des pâturages et bien sur des forêts de production… Alors, on sait très bien ce qui est bon pour le Grand Tétras. Nombre d’études ont été réalisées pour décrire ce qui lui profite et ce qui le dérange. Ces études ont toutes été faites par des ornithologues affiliés à des associations de protection de la nature (Ligue pour la Protection des Oiseaux par exemple). Mais le problème avec ces études, c’est qu’un naturaliste, ça cause pas comme un forestier, fut-il technicien ou ingénieur. Le vocabulaire spécifique à l’ornithologie est absolument incompréhensible pour le forestier moyen ! Par exemple, l’ornithologue (ou le naturaliste, on va pas être raciste) va vous parler du pourcentage de couvert forestier, alors que le technicien de l’ONF ne comprend que ce qui s’exprime par des tiges à l’hectare, des surfaces terrières ou encore des volumes de Gros Bois à l’hectare… Deux mondes, deux langages.
Mon boulot à moi, en tant que technicien forestier, ça a été, d’abord, de transcrire les caractéristique du biotope du grand tétras en données directement compréhensibles et utilisables par les forestiers de terrain. Une sorte de traduction en fait. Puis ensuite, préconiser des travaux forestiers propices à la préservation de la bêbête sur le territoire de la réserve.
Vaste programme me direz-vous ! Et vous n’auriez pas tord. D’autant que le temps qui m’a été imparti pour réaliser cette étude fut de cinq mois ! A l’époque, j’étais désireux de faire mes preuves et j’acceptais donc ce challenge. J’acceptais, certes. Mais je ne savais absolument pas comment m’y prendre ! Sérieux ! J’ai dis oui à ce boulot, sans avoir la plus petite idée de comment j’allais bien pouvoir faire pour satisfaire à cette mission… Autant vous dire que mes premières semaines furent consacrées à tenter de mettre au point une méthodologie… Et puis d’abord, je savais même pas à quoi ça pouvait bien ressembler un Tetrao urogalus ! J’en avais jamais vu de ma vie, si ce n’est sur des photos. Il me fallait donc en apprendre un peu plus et essayer de comprendre ce que ce foutu zoziaux avait de si particulier…
Alors c’est quoi un Grand Tétras ? Pour répondre à cette question, je me plongeais dans la littérature spécialisée et tentais d’en apprendre le maximum sur le sujet. Gallinacé, Ok, c’est comme un poulet… De 2 Kg pour les femelles à 3,5 Kg pour les mâles : Plutôt balaise comme volatile… Envergure des ailes, de 85 à 125 cm ! Là, je me dis qu’une bestiole de ce type ne doit pas passer inaperçue… Livrée marron pour madame et smoking noir avec arcade sourcilière rouge pour monsieur : Juste la classe ! Alimentation diverse qui va de l’aiguille de sapin aux insectes en passant par des baies comme les myrtilles… Aï ! Là, cela ne m’aide pas vraiment. J’aurais préféré une alimentation plus simple, comme les koalas par exemple. Il m’aurait suffit de préconiser la sauvegarde des eucalyptus et le tour était joué… Mais non, il lui fallait un régime spécial pour chaque saison à c’t’oiseau ! Enfin, j’écoutais même des enregistrements audios pour apprendre à reconnaitre son chant si particulier (Personnellement, j’aime assez le pop, vers la fin. Comme si il faisait péter une bouteille de champagne !).
Nous étions en mars, ce qui correspond à la fin de l’hivernage chez le Tétras. Bientôt le printemps pointerait le bout de son nez et avec lui la période des amours, beaucoup plus propice à une rencontres. Pour l’instant, le mieux que j’avais à faire, c’était de chausser mes raquettes et de pister l’animal… Tel le trappeur moyen, je me mis donc à parcourir les sites où le Tétras était sensé être présent. Ce qui s’avéra une tache relativement facile en fin de compte, car je n’avais qu’à chercher ses… crottes ! Et ben oui, le tétras est un animal civilisé qui ne fait ses besoins que dans un endroit bien particulier, et toujours le même. Je n’avais donc qu’à parcourir la forêt, les yeux au sol, à la recherche de crottiers bien visibles sur la blancheur de la neige. A ma nièce, qui avait six ans à l’époque, qui me demandait ce que je faisais, je répondais que je cherchais des crottes et ça la faisait bien rigoler…
J’avais pris l’habitude de sillonner la réserve en compagnie d’un autre stagiaire, un étudiant en cynégétique, qui m’apprit tout ce qu’il fallait savoir sur le Tétras ; Son mode de vie, ses habitudes alimentaires… Bref, je commençais à cerner peu à peu l’importance de l’animal, même si jusqu’alors, je n’en avais pas vu la queue d’un. Jusqu’au jour, où, alors que je venais de passer la moitié de la nuit à l’affut près d’une place de chant, je le vis enfin…

Suite au prochain épisode !

22 commentaires:

Lucie a dit…

Passionnant, Gwendal !
Tu as l'art et la manière de nous mettre en haleine !
Mais (excuse-moi de te le dire) tu as aussi la cruauté de nous arracher le biberon de la bouche au moment crucial !
Et alors...? Et alors...?

PS : J'ai vu "l'homme qui plantait des arbres" . C'est très beau .

Gwendal a dit…

Bonjour Lucie !
Héhéhé… ! Je savais que le film te plairait. C’est beau, poétique, émouvant… et ça parle d’arbres. Je passais souvent ce film aux enfants quand je faisais de l’animation nature… Plus pour moi que pour eux, si ça ce trouve !
Pour ce qui est du présent article, cela faisait longtemps que j’avais envie de l’écrire. Mais je t’avoue que j’ai tellement galéré, que je n’ai pas été fâché d’arriver à la dernière ligne ! Mais apparemment le résultat est là, puisque ça te plait. Pour la suite, il va falloir me laisser un peu de temps… Mais je gage cependant que ce sera plus facile maintenant que j’ai commencé.

Lucie a dit…

Tu as un réel don d'écrivain . C'est vivant, clair, précis, enlevé .
On se laisse emporter comme dans un conte de fées .
On s'attendrait presque à voir maintenant apparaître une jolie princesse tout de blanc vêtue au milieu des déjections de gallinettes (ah non,pas galinettes, ça c'est Pagnol).
Le tétra est un animal civilisé ...
L'est-il autant que les abeilles qui se régalent en ce moment sur le massif de menthe sauvage en fleurs ou les fourmis (ces sales bêtes qui ont colonisé mon jardin) ?
Mystère ...
Suite au prochain épisode .

cazo a dit…

Enfin un bol d'air, de l'espace, de la littérature sylvestre, des mots qui sentent le doux parfum des clairières et chantent comme ces petits ruisseaux qui gambadent joyeusement...
aaaahhhh... on respire...
Allez Gwendal, plusque 47 pages!!

PS: tu aurais pu nous épargner de l'évoquer...

Gwendal a dit…

@Cazo : Ah bon ? Tu crois ? Rassurez vous je ne vais pas vous infliger ma diatribe aussi longuement ! L’original vous aurait peut-être paru trop rébarbatif. Quand on va attaquer l’étude statistique de la répartition des volumes, vous me remercierez ! Ce qui me préoccupe, c’est que j’ai un tas de photos que j’aimerais bien vous montrer, mais je n’arrive pas à configurer mon scanner… Mais bon, il y a quand même une sacrée banque de données images sur le net, cela devrait faire l’affaire.
@Lucie. Merci. Tu n’es pas loin de la vérité puisque la Bartavelle de Pagnol est une proche cousine méridionale du tétras, comme la Grouse en Ecosse d’ailleurs, ou bien la Gelinotte des bois…

cazo a dit…

@ gwendal : pas sûr d'avoir été clair dans mon ps: je voulais simplement te dire que nous devrions nous mettre en vacances et ne plus parler, ni même évoquer, N. S.!

Gwendal a dit…

Effectivement, je m’a bien gouré sur le sens de ta remarque ! Tu faisais donc allusion à celui dont il ne faut pas dire le nom parce qu’on est en vacance… En fait, c’était une figure de rhétorique pour mettre en avant le besoin impérieux de respirer un peu… Et, comme de bien entendu, c’est la première image qui me vînt à l’esprit ! On se demande bien pourquoi d’ailleurs…

lucifer ! a dit…

de qui vous voulez parler là ? de voldemort ?celui dont on ne doit pas dire le nom mais à qui tout le monde pense !
En plus de toutes tes imperfections Gwendal, je vois que tu es sadique !nous laisser là , comme ça , en suspens... la suite vite !!! et bravo!

Lucie a dit…

Ben moi, Sarko, il ne m'obsède plus .
Une bonne semaine en Vendée, les vagues ont tout effacé .
En plus, il est moche . Ca facilite .

Lucie a dit…

Vou, vous êtes tous beaux . Je vous adore !

Gwendal a dit…

Voldemort ! Ah putain ! Lucifer tu viens de provoquer chez moi un fou-rire inextinguible ! Voldemort ! J’suis mort ! Bravo ! Celui-là je vais le garder et le réutiliser si tu le veux bien… ! Bravo !
@Lucie. Tu es bien trop bonne… Comme d’hab. Tout le monde à ses défauts, la preuve, il parait que je suis sadique !

lucifer ! a dit…

Bien sûr Gwendal ; nous laisser ainsi , en plein suspens ... C'est pas humain !
tu sais , Voldemort n'est qu'un emprunt fait à Harry Potter . J'avais 8 ans 1/2 quand je lisais ces ouvrages et quand je tournais la dernière page , le monde me paraissait vide tout à coup !

merci Lucie! j'aime bien que l'on m'aime ! mais as-tu mesuré les risques que tu prends ... allo maman bobo !comment tu m'as fait j'suis pas beau !

cazo a dit…

je n'ai eu connaissance de l'existence de voldemort qu'il ya peu (quelques mois tout au plus... n'ayant jamais lu harry potter). je dois dire que je ne savais pas à qui ça me faisait penser, mais, bon sang! mais c'est bien sûr...
Bon alors, gwendal, nous en étions à "jusqu'au jour, où alors que je venais de passer la moitié de la nuit à l'affût près d'une place de chant, je le vis enfin..."
Et puis...
j'attends, nous attendent, ILS attendent!!...

PS : un jour, gwendal, je te raconterai mon "fameux" affût d'une nuit à espérer voir l'Ours...

Gwendal a dit…

Bonjour les amis !
J’ai le regret de n’avoir lu aucun Harry Potter, et seulement vu deux épisodes à la télé. Il faudra un jour que je pique ses bouquins à ma nièce…
Pour la suite de l’étude, et bien, vous voudrez bien patienter quelques jours, hein ? Et Cazo, tu viens de me donner une autre idée. Il faut absolument que je fasse quelque chose pour mon scanner, que je puisse vous montrer ma rencontre avec une famille de… lynx ! Car j’ai des preuves photos, si-si ! Encore un super souvenir de ma période jurassienne !

cazo a dit…

Décidément... moi je n'ai réussi qu'à faire un moulage de la patte du lynx... mais une trace trouvée dans les Pyrénées, alors qu'ils sont supposés ne plus y vivre de depuis des lustres: probable qu'il soit venu d'Espagne.

Gwendal a dit…

Pour tout ce qui concerne les grands prédateurs, la repopulation se fait essentiellement à partir des pays limitrophes… Le loup, le lynx… Eux, ils n’ont pas besoin de papiers pour franchir les frontières ! Par contre, vu la politique actuelle complètement débile, ils ont besoins de montrer patte blanche en permanence pour rester sur le territoire français…

Lucie a dit…

Ben t'es passé où, Gwendal ?
Encore en train de regarder les J.O. en cachette ?
Et Lucifer qu'a disparu aussi !

Helene a dit…

Trop beau. Ca me rappelle une retraite chamanique en Suisse... bien loin de voldemort ou bien...?

Monique a dit…

Ecris, Gwen, écris...ce seront mes vacances 2008..toi et Tetrao Urogalus..tes forêts rafraichissantes et tes histoires d'oiseau - témoin de nos turpitudes!

Moi aussi , j'aime ta prose qui coule comme un petit ruisseau...
et attends la suite avec impatience !
j'ai soif !


bises à Lucie, Cazo et Lulu...
mobensim

Gwendal a dit…

Grosse, mais alors très grosse, flemme en ce moment… Cette trêve estivale commence à me peser. Il ne se passe rien, ou pratiquement, qui n’éveille mon intérêt blogesque. Il me tarde que septembre montre le bout de son nez ! Mais promis, je m’attèle à la suite de l’histoire dès aujourd’hui.

Lucie a dit…

Et les méduses sur la plage de Nice, ça t'inspire pas, Gwendal ?
Bises à toi Mob !
Christine

Gwendal a dit…

Figure toi que je n’ai pas mis un seul pied dans l’eau cette année. La mer est pourtant à moins d’un kilomètre de chez moi. Il parait en effet que c’est une année à méduse. A mon avis, il va falloir s’y habituer, car avec le réchauffement de la Méditerranée, il en viendra de plus en plus…