Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


mercredi 23 septembre 2009

Du bon lolo pour les parigots

L’agriculture française va mal et c’est bien peu que de le dire. Que ce soit chez les producteurs de fruits et légumes, les éleveurs, les producteurs de lait ou bien les pêcheurs, chacun crie son désespoir et enrage de ne pouvoir vivre correctement de son métier.
Bon, même si je suis titulaire d’un brevet de technicien agricole, ce n’est pas pour autant que j’y connais grand-chose au secteur de l’agriculture… Cependant, du haut de mes maigres connaissances j’en arrive quand même à deviner que les difficultés que rencontrent les uns et les autres sont toutes du même ordre. Ou du moins portent toutes le même nom, l’Europe.

Je ne vous parle pas de l’Europe politique puisqu’elle n’existe pas, mais plutôt de l’Europe économique et de son marché complètement débile.

Ce marché qui oblige nos agriculteurs à suer sang et eau pour gagner trois sous et à ne compter que sur des subventions pour ne pas couler… Parlons-en de ces subventions. Saviez-vous qui sont les principaux bénéficiaires des subventions agricoles perçues au nom de la Politique Agricole Commune ? Hein ?
Et bien figurez-vous que dans les 24 premiers bénéficiaires ne figure aucun agriculteur mais plutôt des groupes comme Lactalis ou LVMH, le sucrier St Louis… Ainsi que les principales associations caritatives nationales comme le Secours Populaire ou les restos du Cœur (je ne sais pas pourquoi).

Les agriculteurs n’arrivent qu’ensuite, et comme de par hasard, l’ensemble de leurs subventions se répartie de la même façon que les richesses de ce monde… C'est-à-dire que 80% des aides profitent à seulement 20% des exploitations. (Source : le Figaro, et oui !)

Mais surtout, il ne faut pas oublier que s’il y a subvention, c’est qu’il y a au départ accord sur les prix. C’est le but en fait. L’agriculteur s’engage à vendre sa production à un prix artificiellement bas et touche des compensations en échange.
Rajoutez à cela une mainmise des grands groupes de l’agroalimentaire et ceux de la distribution, qui contraint par le chantage le producteur à encore plus tirer ces prix vers le bas, et l’on assiste alors à ce que nous voyons actuellement : Des agriculteurs obligés de vendre à perte leur production, et des intermédiaires tout puissants qui s’en mettent plein les poches.

Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’une telle escroquerie organisée, basée sur la cupidité et l’égoïsme de quelques-uns, est à abattre impitoyablement.

Et c’est bien ce que les agriculteurs européens essayent de nous faire comprendre depuis quelques semaines. Je dis bien essayent, car comme vous l’avez pu voir, déverser des dizaines de milliers de litre de lait dans les champs n’est pas, a priori, une très bonne façon de faire passer le message.
Aussi, nos paysans ont optés hier pour une méthode un peu plus civilisée en organisant une distribution géante de lait sur la place de la République à Paris.
22 000 litres de lait ont ainsi été offert aux parisiens pour les sensibiliser à ce que je viens de vous décrire.
C’est ce que l’on appelle de la distribution directement du producteur au consommateur.

Sauf que, alors que je regardais cette distribution bon enfant à la télé, je me suis soudain dit que si le lait sortait directement du pis de la vache pour aller dans le gosier des parigots ceux-ci risquaient d’avoir une belle surprise ! En effet, s’il n’y a pas d’intermédiaire, il n’y a donc pas de pasteurisation ! C’est donc du lait cru !
D’ailleurs, alors même que je venais de me faire cette réflexion, la commentatrice s’empressa de préciser la nature exacte du lait et enjoignit le public de le faire dument bouillir avant de le consommer !

Là, j’ai éclaté de rire. Jaune le rire.
Car, il m’est alors revenu en mémoire le lait frais que nous allions dans mon enfance chercher dans une ferme des alentours. Ce lait au goût fabuleux qui sentait l’herbe et la tiédeur de l’étable… Il fallait que ma mère me surveille pour que je ne m’enfile pas la bouteille en une seule fois !

J’ai ri jaune, parce que je me disais aussi que ce libéralisme de merde, non content de détruire nos exploitations avait également fait oublier au gens le vrai goût des choses… Comme le goût du lait. Du vrai lait.
Celui qui sort du pis vivant d’une vache vivante. Celui que vous découvrez à la faveur d’un jet habilement dirigé par une main experte, directement dans votre bouche…

15 commentaires:

Cécile a dit…

Je ne supporte pas cette image de lait arrosant la terre…

Gwendal a dit…

C'est vrai que ça choque... mais en même temps je peux comprendre. En tout cas l'effet voulu était que l'on parle de leur problèmes, et ça a marché. La preuve, j'en parle !

Homer a dit…

Travaillant dans le domaine, je rejoins totalement ton analyse. Pile dedans.

Gwendal a dit…

Merci Homer. Tu ne fais plus le coiffeur pour transsexuels portugais alors ?

Romy a dit…

ce qu'ils auraient du faire c'est distribuer le lait gratuitement aux consommateurs devant les hypermarchés !!!

Gwendal a dit…

Bonsoir Romy ! Bienvenue chez moi !
Des distributions ont déjà eu lieux devant les supermarchés, avec d’autres produits comme les légumes par exemple. Mais le geste n’a dut faire que quelques minutes dans les JT, alors que là… C’est de la com avant tout. J’ai lu quelque-part que les agriculteurs qui faisaient ça en Belgique en pleuraient presque… Mais ils se reprenaient en disant que de toute façon le lait il le jetait déjà dans les bouches d’égouts prévues à cet effet dans les étables… Alors, le faire en cachette ou au grand jour…
Joli ton blog (j’aime bien le fond noir !), Je le note dans mes bookmarks !

monique a dit…

Pour moi aussi l'image de ce lait répandu me choque, m'angoisse même...

Pourquoi, me suis-je demandé, n'aurais -je pas la même réaction si c'était du vin, par exemple ?
1 - parce que je vis dans une zone viticole et que ça banalise le nectar des dieux ?

2 - parce que je voue un culte particulier à mes soeurs les vaches ?

3 - parce que je ne supporte pas qu'on gâche la nourriture de par mon éducation ?

Et non !! le lait est un symbole très fort : c'est le premier aliment indispensable de la vie des mammifères il est associé à la mère nourricière, il a une aura affective beaucoup plus forte que n'importe quel aliment.
C'est celui qui permet au petit animal de prendre vie...
C'est celui qu'on a distribué aux enfants dans les écoles pour les recalcifier après la guerre
...

Aujourd'hui c'est celui aussi que les agriculteurs déversent en pleurant dans les champs: un peu comme si on enterrait la vie...

Symbole d'une société morbide et suicidaire !

Mob'

Gwendal a dit…

Il est vrai que de par notre éducation, les quadras et les quinquas, nous avons été programmés à ne pas supporter de voir jeter de la nourriture. Une programmation issue de nos parents et de la seconde guerre mondiale. Je serais curieux d’avoir l’avis de plus jeunes que nous sur la question… Mais hélas, ça manque de gamins sur mon blog !

Anonyme a dit…

Nous, les vieux, aurions-nous oublié le jovial salut du vétérinaire ?
" Bonjour la noiraude ! qu'est-ce qui ne va pas encore ? " Cf J.L. fournier .
Faudrait lui demander son avis à la noiraude !
Pour ma part, je n'ai pas la mystique du lait bien au contraire .
Outre que c'est encore une niche à profits éhontés (les paysans ont raison de se rebeller contre leur propre exploitation ),Le lait n'est pas l'aliment mythique que l'on dit:aucun mammifère ne se nourrit de lait après le temps de la croissance ;Le lait est bon pour les veaux; les humains ne sont pas des veaux!
cet avis repose sur plusieurs études scientifiques , mises bien vite au tiroir , bien sûr !Le lait d'aujourd'hui n'est pas indemne de suspicions par rapport au cancer .lucifer!

Gwendal a dit…

C'est pas faux... Le lobbie du lait aux USA n'a fait que fabriquer des obèses et des malades en puissance. Got a Milk !

Anonyme a dit…

si vous croyez que c'est une vie de bouffer des granulés de n'importe quoi quand on rêve de pissenlits et de pâquerettes !

Si vous croyez que c'est une vie de se faire régulèrement piquer les fesses avec des hormones pour que la lactation dure toute l'année alors qu'elle est programmée juste pour le temps d'élevage du veau !

Si vous croyez que c'est drôle de se faire brutalement "tirer" le lait alors qu'il serait si bon de nourrir et voir gambader son petit !

Si vous croyez .... La Noiraude

Pseudo a dit…

Hey je suis là moua!

alors tout d'abord bel article Gwen, rien a redire, tout est bon et bien dit, je suis d'accord du début a la fin.

Alors pour répondre directement, j'ai jamais eu l'occasion de gouter du lait crus, enfin tout simplement du lait nétant pas industriel quoi…

Mes parents et frere et soeur en revanche eux on pu en boire pendant un certains temps, et j'ai pensé dessuite a ce qu'il me disent a chaque fois quand j'ai lu que tu parlais du «goût du lait. Du vrai lait.».

D'ailleurs, je ne me rappelle plus si on en avait parler ici, mais quelqu'un avait vu l'émission de, je ne me rappelle jamais son nom, sur les fromage principalement au lait crus justement, diffusé sur la 3 a 2 reprise, et bien évidemment trop tard pour que les gens la voit.
Bref ils disaient au final que le lait non pasteurisé etait meilleurs dans tous les sens possible que le lait pasteurisé…
C'est juste que le pasteurisé rapporte du pognon comme d'hab en gros.


Ps: (c'est drole, un amis m'a fait passer ce lien ya quelque jours: http://www.dailymotion.com/video/x687j6_codex-alimentarius-igfarben_tech)

Gwendal a dit…

Tu parles de « Ces fromages qu’on assassine » de Périco Légasse.
C’est vrai que nous en avions parlé l’année dernière dans un article sur les vaches qui font du bruit dans les campagnes… Petit extrait qui tombe pile poil avec ce dont on cause :
http://programmes.france3.fr/documentaires/index-fr.php?id_article=82&page=documentaires-archives-articles-detailles3

Cela-dit, n’oublions pas que la pasteurisation a empêché quand même pas mal de morts de listériose et autres saloperies…

Pseudo a dit…

Yep exactement cela.

Anonyme a dit…

@Lucifer : PRECISIONS

je sais, ma grande, que le lait est la nourriture des bébés ( humains, veaux etc..) et que chez les humains, après 3 ans ( temps officiel de lactation de la mère ) la lactine n'est plus éliminée par le corps humain ( qui n'a plus besoin de lait) et sa présence dans les intestins provoque toutes sortes de dérèglement..)

MAIS quand je parle de symbolique du lait, c'est un terme général qui induit une mère et un bébé de même espèce...
je ne fais pas l'apologie du lait de vache que par ailleurs je ne consomme plus que sous forme fermenté depuis bien longtemps...

On est d'accord ?

mob'