Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


vendredi 31 juillet 2009

New Fabris : La lutte finale ?

Bon, allez ! On va se faire un dernier petit article pour terminer ce mois de juillet que, en ce qui me concerne, j’ai trouvé plutôt long.
Mais bon, j’imagine que les salariés de New Fabris l’on trouvé bien plus long que moi ce mois de juillet. Ces dernières semaines ils ont bataillé comme des forcenés pour obtenir gain de cause. De réunions en manifestation ils ont clamé haut et fort leur désir de ne pas se faire exécuter en silence.

Aux dernières nouvelles le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi (accessoirement mon connard de maire) qui s’était imposé comme médiateur entre les travailleurs et les constructeurs automobiles PSA et Renault, avait proposé au nom de l’état actionnaire une prime extralégale de 11 000 € par salariés. A prendre ou à laisser. Alors que les revendications des travailleurs étaient de 30 000 €.
Extralégale. Voilà bien un terme que les patrons utilisent volontiers… Comme il convenait d’insister lourdement sur le côté « hors de la légalité » d’une telle prime. Un peu comme si cet argent était en quelques sortes extorquée. C’est lamentable.
Si les 50 000 € que les travailleurs de Continental ont touchés étaient si illégaux, je ne vois pas pourquoi la direction a accepté de les payer dans ce cas là. Quand c’est illégal, on ne le fait pas, et si on le fait c’est que c’est légal et légitime. Un point c’est tout.

Ce matin ces combattants, à mon sens il convient de les appeler ainsi, doivent décider si oui ou non ils accepteront cette maigre aumône ou bien s’ils continueront le combat.
Pour marquer le coup, et pour aussi remobiliser les troupes, ils ont manifesté hier dans les rues de Châtellerault. Les collègues des autres champs de bataille étaient à leurs côtés pour les soutenir. Il y avait les salariés d’Aubade, de Continental. Ceux de chez Molex et de chez Ford, de Magneti Marelli, de Valeo… Bref, ils ont compris qu’ils n’étaient pas seuls.
Car face à l’intransigeance du gouvernement, ils ont bien besoin qu’on les soutienne les New Fabris. Parce que depuis le début du conflit, on ne peut pas dire que les pontes de Paris, ces grands leaders syndicaux, les aient beaucoup aidés.
Pour ces grands messieurs, il n’est pas convenable que l’on menace l’outil de travail… Comme je l’ai déjà dit ici, je pense que ces couilles molles ne comprennent plus rien à la lutte syndicale. Je me demande même s’ils croient encore à la lutte des classes, c’est dire…
Trop éloignés de la base peut-être ? Trop acoquinés avec les grands patrons et les gouvernementeux sûrement…

Alors ce matin ils vont voter. Ce ne sera pas facile de ne pas céder aux voies pessimistes qui leur susurrent que finalement 11 000 € c’est mieux que rien… Que de toute façon ils n’auront pas plus… Qu’il vaut mieux tenir que courir… Déjà, dans les rangs, la capitulation se murmure.

Alors que j’écris ces mots, j’apprends que le Strosi vient de relever son immonde prime de 1000 €… Ça fait donc 12 000 net maintenant… De quoi faire céder les dernières résistances et faire pencher la balance dans le sens de paix sociale.

Alors, en ce qui me concerne, j’espère sincèrement qu’ils vont refuser de se laisser marcher dessus de cette façon. Ces 366 hommes et femmes sont nos grognards, ils se battent également pour nous. Sachons apprécier leur combat.

Mise à jour 18H30.
Et bien voilà, c’est fait. Les salariés ont voté la fin du mouvement… Déjà dans la matinée la rumeur sourde du résignement se faisait entendre, pour finalement s’exprimée par la voix des urnes.
La majorité des salariés a accepté les 12 000 € par peur de se retrouver sans rien… Par peur du lendemain…
A l’instar des meneurs de cette fronde légitime, je suis déçu.
Encore une fois c’est le gouvernement et le grand patronat qui ont gagné. Ils ont gagné avec leurs armes favorites, maintes fois éprouvées, l’essoufflement dans la durée et l’intimidation. Les pères de familles ont accepté ce qu’on leur proposait, sous la pression et malgré l’insulte qu’une telle aumône représentait… Prenez votre fric et allez vous faire pendre ailleurs !
J’suis vert là…

5 commentaires:

cazo a dit…

Que te dire mon cher Gwen, mis à part que si tu commences à traiter ce genre de sujets... tu risques de remplir ton blog avec le même type d'histoires qui vont se multiplier dans les mois, les années qu vont suivre...

Alors, faute de mordre, (pour l'instant), ne gâche pas le plaisir de te détendre en réfléchissant, et je te conseille donc deux livres excellentissimes.

"Chez francisque" de Manu Larcenet et Yan Lindingre (editions fluide glacial)

Et, même si ça détend pas vraiment, "L'affaire des affaires : 1) l'argent invisible" de Denis Robert, Manu Larcenet et Yan Lindingre.

Deux bijoux...

Gwendal a dit…

Ben oui… Je sais. Mais que veux-tu cette baston, je le trouvais hautement symbolique… De voir le pragmatisme prendre le pas sur les idéaux, c’est quelque-chose qui me fait hurler de désespoir.
Pour ce qui est de la lecture, ça ne risque pas d’être pour tout de suite. Mes finances sont tellement dans le rouge que pour l’instant la priorité est d’arriver à m’alimenter. Pour ce qui est de me cultiver, on verra plus tard… Mais je garde ces deux titres dans un coin de ma tête pour plus tard.

cazo a dit…

Idem pour mes finances... je les ai pris à la médiathèque de mon bled !! Tiens, une citation extraite de "L'affaire des affaires" qui, j'neuis sûr, va te plaire:

"John Maynard Keynes a dit que le capitalisme était la croyance stupéfiante que les pires hommesallaient faire les pires choses pour le plus grand bien de l'humanité..." (p.160).

Vérif : proentre

Anonyme a dit…

Pour te réconforter un peu ,près de chez moi, à Malaucène, les papetiers licenciés ont obtenu plus que ce qu'ils demandaient comme prime de licenciement : 3500 au lieu de 3000 ...de quoi tenir un peu plus d'une année,mais comme ils ont tous des crédits sur le dos, l'argent va retourner d'où il vient !!!

Sont forts, ces patrons !!!
mob'

vérif : shich ( presque "chiche!" )

Anonyme a dit…

Et non, c'est 35000 et pas 35000 !
Tout ça me parait tellement dérisoire que j'en oublie les 0000 !!!

On solde la résignation et la paix sociale un peu partout..

la braderie est ouverte..bientôt, ils finiront pas leur faire boucler avec 3000, effectivement !

mob'bis