Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


mercredi 25 mars 2009

L’harangue du capitaine

Note de service n°240309-1784-28B.
Objet : Clarification sur la tenue du cap à suivre.
Diffusion : A tous les services.


Mesdames et Messieurs. Membres d’équipage. Chers passagers.

Voilà maintenant bientôt deux ans, vous m’avez fait l’insigne honneur de me nommer capitaine de ce fier navire. Vous m’avez fait confiance pour remettre vos vies entre mes mains, et il ne se passe pas une journée sans que je ne prenne l’exacte conscience des responsabilités qui sont les miennes.
En ces temps troublés, dans cette tempête mondiale que notre navire traverse, je tenais à vous réaffirmer aujourd’hui que je compte bien tenir la barre et maintenir le cap qui est celui que vous avez choisis…
Certes, la situation sur notre bord est difficile. Sachez, mes chers amis, que j’en ai, là encore, douloureusement conscience. Les vivres commencent à manquer, des voies d’eau se sont déclarées dans les entreponts, les passagers de la troisième classe souffrent du scorbut… Mais, il en est de même pour l’ensemble de l’équipage, je tiens à le rappeler ! Tous, nous souffrons de cette tempête, et tous, je tiens à le crier haut et fort, si nous restons unis, nous nous en sortirons !

Je demande aux passagers de la patience. Je demande à l’équipage de la rigueur. Je demande à tous de vous comporter de façon exemplaire, aussi bien dans le cadre du service que dans vos temps libres. Les manifestations de mécontentement que le bord à connu, ne doivent en aucun cas altérer la bonne marche du navire, et encore moins, j’ose le dire, le moral de l’équipage et des passagers ! En ces temps troublés, il est inacceptable que certains se permettent de défiler dans les coursives, alors même que tant de travail reste à faire. Il s’agit là d’un comportement irresponsable qui entrave notre navigation, et qui démontre un manque de respect flagrant envers ceux dont c’est le travail de faire avancer ce navire !

Par ailleurs, il a été porté à mon intention que certains membres d’équipage affectés à la cambuse, continuaient malgré mes injonctions à percevoir des rations d’eau supplémentaires. Je tiens à le dire : Ceci est inacceptable ! C’est faire preuve d’un manque total de solidarité que de boire autant d’eau, alors que la plupart des passagers en sont réduis à lécher la rosée sur le pont ! Je demande donc à ces personnes de cesser leurs pratiques, et de ne pas boire l’eau qui leur est donnée. Pour bien faire, il faudrait même qu’ils rendent dans les plus brefs délais l’eau qu’ils ont déjà bue !
Et je tiens à être extrêmement ferme sur ce point. Si d’ici six mois je n’ai pas noté de changement dans l’attitude de ces cuisiniers, je prendrais alors les mesures nécessaires ! Ces mesures, mes chers amis, seront extrêmement sévères, et pourraient, le cas échéant aller jusqu’à la mutation dans un autre service…

J’entends également ici ou là, que certains passagers seraient tenter de remettre en question le fonctionnement même de ce navire… Je voudrais dire à ces passagers qu’ils sont totalement dans l’erreur. La tempête que nous traversons est, de mémoire de marin, probablement la plus forte que nous ayons connue… C’est une tempête qui nous vient d’ailleurs, et en aucun cas une turbulence crée par notre propre sillage comme ces individus se plaisent à le dire. Remettre en question l’organisation hiérarchique, les choix de route, ou même la clairvoyance des passagers qui m’ont choisi, ne sont ni plus ni moins, j’ose le dire, que de vaines tentatives de sabotage !
La route qui est la notre aujourd’hui, ainsi que les personnes qui barrent ce navire, sont les seuls, je dis bien les seuls, outils valables. Vouloir en changer serait dangereux, voir, j’ose encore le dire, criminel ! Il est illusoire de croire en un cap autre que celui-ci, susceptible de mener vers d’hypothétiques rivages ensoleillés ! Seul le pragmatisme qui caractérise ma gouvernance, nous permettra de rester à flot !

Aussi, mes chers coéquipiers, mes chers amis, sachez que je resterais à mon poste quoi qu’il arrive ! Vous m’avez choisi pour mener ce navire à bon port, et c’est ce que j’ai l’intention de faire ! Je n’ai pas été choisi pour augmenter le prix des hamacs, sachez-le ! Avec moi, vous arriverez sains et saufs de l’autre côté de l’océan, et si les dieux nous sont favorables, notre navire ressortira de cette tempête encore plus beau et plus puissant qu’il ne l’était auparavant.

Vive la marine ! Vive notre navire ! Vive votre capitaine ! Vive moi !

Recommandations :
Ceci est le discours que le capitaine Sarkozy a tenu hier au soir depuis la salle de radio et devant les représentants de l’équipage et des passagers. A faire suivre et diffuser le plus largement possible dans l’intérêt du service.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Il existe bien une loi maritime qui autorise à mettre aux arrêts le capitaine si son état de santé mentale met en danger l'équipage ..
non?
Qu'est-ce qu'on attend pour demander une expertise psychiatrique ?

Très émouvante la video de closed zone...merci!

mob'

Gwendal a dit…

Sans être obligé d’aller vers de telles extrémités stressantes et aléatoires, sur un navire il existait d’autres moyens… Il suffisait de se saisir nuitamment de l’indésirable et de le balancer par-dessus bord. Au matin, faute de témoins, le second consignait sur le livre de bord que le capitaine devait avoir eu un malencontreux accident…
Comment ? Non Monsieur le policier, il ne s’agit aucunement d’une menace de mort ! Je parlais juste de ce qui se passait sur les bateaux avant… Aï ! Pas sur la tête !

cazo a dit…

Journal de bord du médecin.
Une grave épidémie s'est abattue sur les passagers du bateau depuis deux ans, au début ça ne touchait que les mousses et les matelots, mais maintenant même les quartiers maîtres et quelques gradés sont affectés: tous se plaignent de douleurs rectales, mal qu'ils découvrent tous après s'être assoupis quelques instants. Pour l'instant, seuls le commandant de bord et ses officiers ne semblent pas être affectés...

Anonyme a dit…

Journal de bord du quartier maître

Certains indices objectifs me donnent à penser qu'une mutinerie se prépare...
Les hommes à bord sont excédés par cette douleur rectale persistante auquel s'ajoute une pénurie de vivres et des conditions de vie de plus en plus stressantes.
Quelques officiers sont prêts à rejoindre les mutins.

..
journal interrompu le...

mob'

Eric citoyen a dit…

Super et bravo ... un excellent film ...

non, ce n'est pas un film !

aRGhhh

@ +

Gwendal a dit…

Quand la réalité dépasse la fiction... Merci Eric! Et merci aux autres aussi... Bien sûr !

Cécile a dit…

Excellent texte et la vidéo est effectivement très parlante et criante et émouvante…

Fix a dit…

Salut Gwendal,
l'analogie du bateau ivre est tout à fait judicieuse !!
Désolé pour tes commentaires, ça ne marche toujours pas. Laisse-les moi sur ma bal, je les mettrai moi-même, en attendant qu'ils me réparent ça !!