Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


mardi 6 janvier 2009

La vacance d’Obama

Ce matin, alors que je peine à émergé d’un sommeil lourd et plein de rêves, je m’interroge sur cette tournure que prend notre monde en cette première semaine de l’année…

Je me souviens, il n’y a vraiment pas si longtemps, la planète entière s’est enthousiasmée pour l’élection du premier noir à la Maison Blanche. Au-delà de l’immense pas en avant que représente cette élection, à nos yeux de français bien ancrée dans nos traditions un tantinet racistes, l’élection d’Obama avait permit de distiller l’espoir à pas mal de monde.
Tous les qualificatifs ont été employés à son sujet, démontrant ainsi que ce changement reflétait une réelle envie du peuple américain, mais également de la plupart des terriens… Parmi le concert d’éloge, je me souviens avoir entendu la voix discordante d’un commentateur politique (je ne sais plus qui, ni où), qui disait en substance que l’élection d’Obama comportait en elle un énorme risque… Celui de décevoir. Il prédisait même que les USA allaient probablement s’enfoncer dans une crise sociale et raciale sans précédent du fait qu’Obama ne pourrait rien faire contre l’écroulement du monde, tel que le connaissaient les américains.
L’analyse de ce commentateur, m’avait frappé à l’époque, car il dissonait énormément par rapport à l’enthousiasme ambiant…
Avec quelques semaines de recul et au vue de ce qui se passe en ce moment, ses mots résonnent différemment à mes oreilles.

Alors, j’entends de partout dire que la politique américaine est en stand-by, pour des raisons de déshérence gouvernementale… En effet, Barak Obama ne sera président des Etats-Unis qu’à partir du 20 janvier. C’est comme ça qu’ils pratiquent là-bas, le monde peut bien s’écrouler, entre novembre et janvier, une fois tous les quatre ans, les américains se mettent sur pause et cessent de se mêler de tout. Enfin… C’est ce qui se dit de par les rédactions journalistiques, et c’est probablement ce que pense notre Président à nous lorsqu’on le voit gesticuler de-ci-delà.
Parce que, franchement, vous n’allez pas me dire que ce ballet improbable qu’a entrepris notre tourbillonnant PGE dans sa tournée des capitales du Proche-Orient, a des chances d’aboutir à quelque-chose ? Faut pas rêver… Malgré les déclarations gouvernementales ; Comme quoi : Même si c’est impossible, il faut tout tenter pour obtenir un cessez-le-feu à Gaza. Nous, on est plutôt tenter de penser que les gesticulations de notre zébulon ont pour but d’occuper la scène médiatique le plus possible pour sa satisfaction personnelle et ses ambitions…

Mais revenons à Obama. Alors comme ça, un pays leader comme les Etats-Unis, serait capable de s’arrêter pendant deux mois et demi ? Qui pourrait croire une telle chose ?
Moi en tous cas, je n’y crois pas un seul instant. Je ne crois pas qu’un pays puisse se permettre cette vacance et j’ai également du mal à croire qu’Israël puisse bouger le petit doigt sans un accord préalable de son principal soutien. A partir de là, il m’est facile d’imaginer qu’Obama soutient Israël, et qu’il profite de cette opportunité que lui offre le calendrier pour laisser son chien dévorer toutes les poules du voisin. Parce qu’au 20 janvier, face à l’hostilité du monde, il sera bien obligé de mettre le holà aux exactions israéliennes. Mais il sera trop tard : Le mal aura été fait. Un mal sans réelles conséquences dans la durée, puisque les roquettes recommenceront tôt ou tard de pleuvoir sur les villes frontalières…
Parce que si Obama avait voulu faire quelque-chose, il l’aurait fait, un point c’est tout. J’en veux pour preuve son intervention dans la gestion de la crise financière. Il s’en est bien mêlé, non ?


Alors, en ce froid matin de janvier, je continu à penser que le vent d’espoir qui souffla sur le monde en ce mois de novembre 2008, se soldera par une déception pour les naïfs qui y ont cru. Rien ne changera vraiment dans la politique américaine. Elle continuera à privilégier ses intérêts propres, financiers et idéologiques, au détriment de l’humanisme le plus évident. Elle continuera à nous vendre du libéralisme en nous disant que c’est pour notre bien. Elle continuera à nous dire qu’attaquer les musulmans terroristes où qu’ils se trouvent sur la planète c’est pour le bien de l’humanité toute entière. Elle continuera à nous entrainer dans le fond du gouffre… Pour notre bien.

Et nous ? Qu’est-ce qu’on va faire ?

PS : 12H15 : Apparemment je ne suis pas le seul à me poser des questions sur l’absence d’Obama. Jean-Michel Aphatie, lui aussi, se demande pourquoi le président des Etats-Unis se tait… Et si son silence est une posture alors qu’il intervient tous azimuts dans la politique intérieure américaine. Comme quoi, les grands esprits se rencontrent peut-être, ou plus certainement les grandes questions se posent à tous…
A moins qu’il m’ait copié le bougre !

16 commentaires:

Anonyme a dit…

Il t'a copié c'est sûr !
Mais je me souviens aussi que JM Apathi avait formulé des réserves sur l'élection d'Obama...ou du moins sur l'enthousiasme ambiant..

Je me suis posée la question aussi de savoir pourquoi les israeliens attaquaient aux premières lueurs de 2009..et je me disais qu'ils profitaient de la "pause" américaine car la nouvelle administration n'était pas en place.

Je pensais naïvement qu'il craignaient un désavoeu ...

Mais à la lecture de ton analyse, j'imagine maintenant que tout cela est plutôt convenu entre les US et Israel...

Les guignols sur Canal ont d'ailleurs relevé que le PGE s'agitait en clamant : "et alors, il est où Obama ? il est où? c'est moi qui me tape tout le boulot !!"
Il s'agite et se pavane pour occuper la galerie..et pendant ce temps là ...les palestiniens se font assassiner sans qu'un journaliste puisse témoigner du carnage!

Bonne année !

mob'

cricri a dit…

Obama n'a peut-être pas intérêt à parler tant qu'il ne tient pas les rênes du pouvoir .

Pseudo a dit…

Ouai, c'est ce que je me dis perso, tant qu'il ne peut rien faire il n'a peut etre pas interet a parler, ca lui laissera au moins le champ libre ou du moins une sorte d'effet de surprise le jour de la prise des fonctions.

Mais l'idée qu'il ne soit pas opposé a israel n'est pas bête et impossible non plus.

Mais bon, des fois, (comme là oui par exemple) jme dis que je m'en cogne d'obama et d'israel, car de toute facon, même si l'ont descend dans la rue pour dire qu'on est pas d'accord, ca ne changera strictement rien, bon je ne dis pas evidement qu'il ne faut pas le faire, mais moi perso, voila, jm'en cogne (pas sur le fond evidement) mais dans les faits disons, ouai, j'ai autre chose a foutre, j'en ai marre de ce monde de merde.

Faudrait d'abord réglé nos propres problemes pour ensuite pouvoir etre efficace et agire, aider les autres pays.

Alors quand "vous" (peuple francais) serez enfin décider a changer le cours des choses, prévenez moi, je serais pas loin, en attendant je m'occupe de moi.

Gwendal a dit…

Je pense qu’Obama, à l’image de ses prédécesseurs, se sert de cette fausse excuse du délai de transmission du pouvoir pour laisser faire son allié. S’il avait voulu intervenir, il l’aurait fait.
On peut aussi voir dans ce silence, une attitude très humaine malgré tout : Lorsque le pays va mal, on se concentre sur ses problèmes persos et on ne regarde plus le monde extérieur… Un peu comme toi mon Pseudo !
Mais je ne pense pas que cela soit aussi simple. Ça voudrait dire que l’humanisme n’est possible que dans un certain confort, alors qu’il devrait être une préoccupation de tous les instants…

cricri a dit…

Je comprends ce que veut dire Pseudo et je ne suis pas d'accord avec toi, Gwendal .
On ne peut pas attendre d'un chef d'Etat qu'il se conduise comme un simple citoyen .
Je pense comme Pseudo que chacun doit s'efforcer dans sa vie d'éliminer les haines, les tentations conflictuelles, les égoïsmes, etc ... si on veut vraiment que le monde s'améliore . Non, on veut un coup de baguette magique sans avoir à faire aucun effort personnel . C'est une question d'éducation morale (ou d'éthique si on veut, c'est pareil) . C'est ce que je fais avec les enfants que j'ai à ma charge et ça marche très bien : ils sont joyeux, motivés, intéressés, ils ont le goût du travail, de l'effort et de l'entraide . L'un m'a dit "jai décidé d'être sage", à 5 ans, une décision qu'il a prise par lui-même, sans pression aucune, et il tient sa promesse . Un autre, hier, est venu vers moi et m'a dit "je t'aime" .
Comment voulez-vous que je sois pessimiste sur le monde futur quand je vois tout ce potentiel de bonnes volontés et de bons sentiments qui existeront dans le monde de demain ?
Nous ne sommes pas capables de voir que nous produisons à l'échelle de nos vies quotidiennes les mêmes haines, faux jugements, discriminations, rigidités mentales que les pays en guerre ! La différence, c'est que nous sommes éparpillés mais les petites guerres se font au quotidien et nous sommes tout aussi dégoûtés et malheureux . Alors cessons de rendre Dieu responsable ! Il n'y est pour rien . Il a crée l'homme pour qu'il vive en harmonie et il lui a laissé le libre arbitre . L'homme en a fait un gâchis et ne veut pas assumer .
Tant que nous ne comprendrons pas que nous devons améliorer notre nature, nous continuerons à baigner dans l'incompréhension et dans la confusion . Dans le cas contraire, nous sommes considérablement aidés .
Pour en revenir à Obama, il a d'un côté sa vie perso et de l'autre une tâche immense . Il doit voir loin et large, il doit se placer dans une perspective historique et mondiale . Il n'est pas de la trempe de ces petits gesticulateurs qui ne voient que le bout de leur nez et réagissent au quart de tour à chaque événement (petit ou grand) qui apparaît . Sarko a la vision politique aussi étroite, divisée et saccadée que ses gestes et ses actes quotidiens . Il a bien des intentions, oui, mais ce sont des projets qui divisent en profitant aux uns (dont lui) et pas aux autres . Il est franchement pro-israélien car il y a un grand intérêt sous-jacent de domination du monde . Et il se permet de faire des discours de paix enrobés d'hypocrisie dont le but est d'envenimer encore plus la situation .
Obama, en donnant son opinion, ne ferait qu'entrer dans un jeu pervers de pour, de contre, de discussions à n'en plus finir, d'explications, de justifications, avec le risque de tomber à chaque instant dans un get-appens dont l'administration américaine est spécialiste .
J'en arrive même à soupçonner le lobby israélo-américain d'avoir déclenché cette guerre pour savonner l'arrivée d'Obama au pouvoir . Et, à mon avis, il le sait ...
Ne minimisons pas le grand espoir et l'élan d'optimisme mondial qu'a provoqué son élection !
Mais n'attendons pas non plus qu'il résolve tous les problèmes économiques qui se posent dans l'immédiat .
La crise est le symptome d'un monde en mutation, pas simplement un état de fait .
Pour moi, Obama sera l'homme d'une nouvelle orientation humaine, le déclencheur d'une nouvelle mentalité et d'un dynamisme mondial basé sur de nouvelles valeurs .
Nous avons plus besoin d'un éclaireur que d'un pragmatique qui recolle les morceaux . Le monde en a assez des rustines qui se décollent à chaque tour de roue capitaliste parce que l'air des pneus est vicié, le monde veut un air tout neuf, un air pur qui se respire .
Ne soyons pas des sceptiques pessimistes et fatalistes ! Ne sabotons pas d'avance notre propre vie et notre destinée ! Collaborons !

lucifer ! a dit…

gwen,avant tout Obama est américain !!!
Wait and see !
l'humanisme, c'est comme les soldes , ce n'est pas d'abord au service de la population, mais ...c'est bon pour le commerce !
(je sais et je peux dire "je t'aime "à qui je veux, en vérité. )

Gwendal a dit…

Le problème est que je ne suis pas persuadé qu’Obama soit le sauveur que tout le monde décrit. Oh bien sûr, il ne sera certainement pas pire que Bush, mais je pense qu’il sera d’abord et avant tout américain (comme le dis si bien Lucifer). C'est-à-dire qu’il obéira au lobbys de toutes sortes avant que d’être le président que tout le monde attend.

Cécile a dit…

Oui j'ai vu Apathie se poser cette question… Dans rue 89 aussi ils se demandent pourquoi obama ne dit rien ne fait rien, ne tente rien… Il l'appelle le Sphinx et ça lui va bien !

jean-philippe a dit…

ah !! enfin !! content de lire que quelqu'un pense aussi comme je le dis depuis le jour de l'élection d'Obama ...cet homme (brillant ceci dit en passant ) ne va pas mener une politique radicalement différente de ses prédécesseurs .le lobby pétrolier étant très puissant il devra se soummettre ! je pense que les USA vont décliner quelque peu et nous préparer un joli conflit assez innattendu histoire de se revitaliser un peu sur le plan International .wait and see ...

azuldelmar a dit…

Salut Gwendal!! Premièrement merci beaucoup de tes bels mots á propos de mon maté :)C'est très gentil aussi d'avoir inclus ce lien dans ton blog, c'est un bel geste de ta part.
Quant à Obama, c'est certain que si bien sa victoire avait fait naître l'espoir par toute la planète, qu'un changement serait possible, cet espoir provenait d'après moi d'une naïveté d'un peuple qui projetait sur lui ses rêves de justice sociale et économique que malheureusement ne serait pas comblés si facilemente en oubliant que le vrai pouvoir ne réside pas sur le président américain mais sur les grands corporations. À bientôt!!!

Anonyme a dit…

Cri-Cri, Pseudo..
Je partage votre avis sur le "chacun doit changer sa vie", "balayer devant sa porte" ...
mais je ne vois pas en quoi c'est incompatible avec des prises de position sur des sujets de société.

Savoir qu'on a du travail à faire sur soi, oui. Mais on le fait aussi en étant attentif et lucide sur les problèmes du monde.

C'est une manière de s'inscrire dans un "tout" et qu'il ne faut pas perdre de vue...
Nous sommes à la fois uniques et universels, non ?

Quant à Obama, je souhaite que tu vois juste, Cri-Cri.

monique

Anonyme a dit…

Je me suis mal fait comprendre alors ...

cricri a dit…

Dérapage !Commentaire précédent : signé cricri

Gwendal a dit…

J'avais deviné... :)

Pseudo a dit…

Je suis d'accord mob evidement, mais!
Je part plutot du principe que pour aider au mieux une personne ou a plus grande échelle un pays (je parle de l'action évidement les prises de positions ne coutent rien, apres on peut toujours nous renvoyer la critique de balayer devant sa porte avant de regarder les autres) il faut d'abord etre fort et en bonne forme soit même.

Ce qui a mon gout n'est pas le cas de la france et des francais. (bon ok ce n'est pas le cas du monde entier en général non plus … mais faut bien commencer quelque part)

Cécile D. a dit…

J'avais déjà posé mes doutes à l'égard d'Obama lors de son élection sur mon blog... "se réjouir sans s'illusionner"
On sait que même les plus grands "humanistes, démocrates " se font déchiqueter dans l'engrenage quand ils accèdent au pouvoir...Certains même déchiquètent leurs idéaux... (cf. Sartre)
Quand Cricri dit :
"J'en arrive même à soupçonner le lobby israélo-américain d'avoir déclenché cette guerre pour savonner l'arrivée d'Obama au pouvoir "... j'en suis, moi, profondément convaincue (et certaines sources me le confirment). Alors ça n'augure rien de bon pour cet homme quand bien même il serait, est, empli de bonnes et belles intentions....