Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


jeudi 12 juin 2008

Marillion for ever

C’est ma copine Cécile (Le Blog de Cécile Delalandre) qui m’a donnée l’idée de ce billet. Elle, elle a ressortit de vieux écrits plein de fougue et de poésie. Moi, comme je n’ai pas son talent, je vous ressors de la vraie musique de dernière mes fagots à moi. Je me suis dit que vous pourriez (peut-être) apprécier.
Alors voici deux vidéos qui représentent chacune le bout d’une histoire d’amour. Mon histoire d’amour. Ma plus grande histoire d’amour.

1985, Marillion est présent dans ma tête et dans mon cœur. Cet album accompagnera ma découverte du Grand Amour. La musique est différente de ce que l'on entend alors, indansable, pleine de surprise. Elle raconte une histoire. C’était au temps bénis des vinyles où les plages n’étaient pas coupées, où l’on pouvait enchainer trente minutes de musique non-stop. C’était l’époque ou l’on pouvait faire l’amour sur une seule face d’un 33 tour… C’était une époque merveilleusement insouciante, entre l’enfance et la vie d’adulte. Une époque faite de sentiments exacerbés, où chaque moment était vécu avec sa pleine totalité. Mes premiers concerts aussi… Dont celui-ci. J’avais 18 ans… Marillion était MON groupe. C’était MA musique. Je me la suis appropriée comme on revendique une signature ou un drapeau…


Six ans plus tard, Elle m’a quitté. Elle est partie et j’ai mal. Là c’est encore Marillion qui accompagne mon blues et rythme ma douleur. Le chanteur (Steve Hogarth) a changé, Steven Rothery a pris de la bouteille mais ses solos de guitare sont toujours aussi prenants (du time-code 2 :30 à 3 :53). La musique toujours comme un trait de crayon sous une phrase importante. Un trait qui vous tire des larmes dix-huit ans plus tard…

6 commentaires:

cécile delalandre a dit…

Superbe Marillion! moi "ma période" c'était plutôt Génésis, mais même s'ils ont un air de famille, Marillion a su se singulariser!
Marillion lié à ton histoire d'amour! (marions... marrant, non!)bref, j'espère que même si tu n'oublieras jamais, tu as su tourner la page, en tous cas je te le souhaite!
merci pour ces deux videos, j'aime beaucoup :)s

Gwendal a dit…

Genesis est et restera le groupe de référence. J’ai eu mes premières émotion musicale avec Mama avant d’effectuer un compte à rebours jusqu’au début des années 70 ! Mais Marillion, a toujours une place particulière dans mon cœur…
Tourner la page ? Je ne sais pas… Est-ce qu’on la tourne vraiment en fait ?
Je ne crois pas. Une blessure reste une blessure, même si l’eau coule sous les ponts. Je suis de nouveau tombé amoureux, si c’est ce que tu sous-entends, et ça m’a arrivera certainement encore. Mais ça n’a et ça n’aura jamais la même saveur qu’un premier Grand Amour.

cecile delalandre a dit…

Je ne sais pas , Gwendal... je pense que dans une vie on peut aimer plusieurs fois, différemment, sans renier le passé bien sûr
To premier amour a sans doute "crystallisé" ton idéal, c'est pourquoi tu t'y accroches et pourquoi pas? Que tu sois de nouveau amoureux c'est formidable et j'espère que ça le sera encore longtemps! :)s

Selerines a dit…

Nice one gwendal....

Gwendal a dit…

I’m happy that you’re liked…

Fantôme de Lune a dit…

Formidable ! Merci de cette découverte :) Je suis d'une ignorance crasse sur la musique des 80's et je vois que j'avais raté au moins un bon groupe.

Une musique dans laquelle on retrouve l'ancien plaisir de l'entendre mais aussi les émotions qu'elle rythmait... Particulièrement précieuse, doucement douloureuse, et tout ce qui remonte avec ce qui pourrait n'être que quelques notes.

Ton billet émouvant me rappelle Tangerine Dream, surtout Ricochet, et mes souvenirs affluent. Pour le coup je viens de relire quelques-uns de mes vieux poèmes des 70's, un autre écho, et ces quelques années sont là, entières avec leur moments de ravissement et de désenchantement.

C'est terrible et merveilleux comme ces anciennes émotions sont présentes, en surimpression sur celles du présent, plus ou moins volontairement oubliées la plupart du temps mais si profondément gravées, partie intégrante de ce que nous sommes...