Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


vendredi 2 mai 2008

Mea culpa

Bien. Suite à quelques commentaires biens intentionnés, je me vois contraint de vous présenter des excuses. A l’instar de notre glorieux Président élu, je reconnais avoir fait des erreurs concernant mon article sur le 1er mai. J’ai affirmé qu’il n’existait que trois jours chômé dans l’année : Le 25 décembre jour de Noël, le 1er janvier jour de l’an, et le 1er mai jour de la fête du travail. Et bien c’est faut. Pour ma défense, je n’ai répété que ce que mon ancien employeur me répétait sans penser que dans son esprit il s’agissait des jours fériés et chômés valables dans son entreprise. Et effectivement, je n’ai jamais travaillé ses trois jours, tout le temps où j’ai travaillé pour lui…
Alors ce matin, je me suis précipité sur le net pour parcourir les sites légaux et chercher plus avant. Il en ressort donc que :
Il existe dans la loi française 11 jours fériés. Le 1er janvier, le lundi de Pâques, le 1er mai, le 8 mai, l’Ascension, le lundi de Pentecôte, le 14 juillet, l’Assomption (15 août), la Toussaint (1er novembre), le 11 novembre et le jour de Noël (25 décembre).
Le 1er mai est un jour particulier puisque obligatoirement chômé. (Sauf dans certaines entreprises ou le travail ne peut être interrompu, auquel cas il est payé double).
Cela dit, ma petite erreur ne remet aucunement en cause mon écrit précédent, en ce qui concerne la solidarité…
Je prends acte de ma négligence, et je m’engage ici à me documenter encore plus et à remettre en question mes certitudes.
Ce que n’a pas fait le personnage cité plus haut, si je ne m’abuse…


De toutes les pages web que j’ai consulté, c’est celle-ci qui m’a semblée la plus claire.

3 commentaires:

Samuel a dit…

Au risque de paraitre désagréable j'ose me permettre d'apporter une nouvelle précision sur le 1er Mai. Il est obligatoirement chômé. Donc si dans certain secteur l'interruption du travail ne peut-être accordé le salarié bénéficie d'une majoration de 100% comme pour un jour férié normal mais l'employeur est tenu de donner un jour repos obligatoire sur un autre jour de l'année sans que celui-ci ne soit déduit du solde des congés payés. C'est une compensation obligatoire.
;-)

Samuel a dit…

Autant pour moi cela est dépendant des conventions collectives ou des accords d'entreprise...

Gwendal a dit…

Merci pour ces précisions Samuel. Le code du travail regorge de particularités qu’un salarié ne connait forcément pas. Sans parler des conventions collectives particulières à chaque branche… A titre personnel, le 1er mai reste dans ma mémoire d’enfant comme l’occasion pour mon oncle de descendre d’Albertville pour nous voir dans le Var. C’était un rituel immuable qui m’a marqué parce qu’il profitait de ce week-end prolongé pour se baigner dans la piscine ! Dans une eau à 14°C ! Je n’ai jamais compris comment il arrivait à faire ça.