Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


samedi 11 septembre 2010

Un peu d’air

France Inter n’est plus en odeur de sainteté chez moi depuis l’épuration de l’année dernière... Porte s’est recasé chez @rrêt sur Image, Guillon s’est exilé on ne sait où... Demorand que j’appréciais au demeurant (sic !) jusqu’à ce qu’il s’en prenne au deux précités, s’est réfugié sur une radio réactionnaire qui convient mieux à sa nouvelle doxa, Europe 1 pour ne pas la nommer...
Reste quelques résistants parmi lesquels Daniel Mermet bien sûr, que je continu à écouter sur son site dédié... Et François Morel.

Alors, avant que de vous laisser pour une bonne quinzaine de jours, je voulais vous faire partager cette saillie que je trouve ma foi fort bien troussée. Du bon Morel, à déguster sans modération.


Bon, on se retrouve aux alentours du 26 septembre. Moi, pendant ce temps là je vais aller faire mumuse en territoire celte. Après trente-six années de Provence méridionale, je vais effectuer une espèce de retour aux sources lointaines qui me donnèrent mon prénom, et quelque part, une petite partie de mes racines...

Allez, kenavo les amis, et bon vent à moi !

Découvrez la playlist Renaud avec Renaud

5 commentaires:

aslan a dit…

Très bien, il se lâche le gars Morel!

Allez, va te faire saler comme un hareng, te prends pas un pétrolier et reviens nous en pleine forme.

++

lucifer! a dit…

attention aux icebergs ...
On ne sait jamais !

monique a dit…

Tu crois que c'est Guillon qui lui écrit ses textes ?

Allez, Gwen ! Et attention, te prends pas une baume, en distraction...

lucifer ! a dit…

hé Gwen ! t'es pas tombé à l'eau au moins ?
t'as bien pris ton gilet et ta petite bouée ?
c'est un peu long ce silence.net!

Anonyme a dit…

Beaucoup de raisons peuvent amener quelqu’un à vouloir voir dans le noir. Les chasseurs, les amoureux de la nature ou encore des personnels des services de sécurité peuvent par exemple ressentir ce besoin pour leur passion ou leur profession. Quoi qu’il en soit, ces personnes doivent obligatoirement se munir d’un dispositif de vision nocturne pour trouver satisfaction.

Ces types d’appareils, aussi appelés Amplificateurs de lumière résiduelle (ALR), utilisent différentes méthodes d’imageries pour permettre de percer l’obscurité. Il en existe de nombreuses sortes sur le marché qu’il en devient difficile de faire un choix.
Pour l’heure, nous vous proposons cet article qui va vous donner diverses informations utiles à propos de ces dispositifs. Au terme de ce document, nous allons également vous fournir la liste des meilleurs appareils d’amplifications de lumière résiduelle de cette année.
Les dispositifs à vision nocturne sont en fait des appareils optico-électroniques qui permettent de voir en pleine obscurité en amplifiant la lumière aux alentours. Contrairement aux télescopes ou aux jumelles, ils n’ont pas été conçus pour voir très loin. La plupart des modèles n’offrent d’ailleurs pas de zoom.
Pour « illuminer les nuits les plus noires », ces appareils sont généralement équipés de capteurs photoélectriques très sensibles qui accentuent la réflexion de la lumière pour offrir une vision presque comme au grand jour. Cependant, il en existe aussi qui utilisent des rayons infrarouges. Les derniers modèles combinent ces deux procédés pour un meilleur résultat.
Il n’y a pas vraiment de « type » de dispositif à vision nocturne. Ils sont classés selon la technologie qu’ils utilisent. À ce jour, on distingue quatre générations d’appareils à vision nocturne qui ont chacun des méthodes d’amplifications de lumières résiduelles différentes.
Ces appareils sont les plus vendus du fait de leur prix abordable. Ils sont également assez faciles à utiliser et offrent d’assez bonnes performances. Ces dispositifs détectent et amplifient la lumière ambiante dans presque toutes les conditions climatiques. Ils sont les préférés des amateurs de safari nocturnes et des randonneurs de nuit.
Ces appareils sont les modèles les plus utilisés par les services de sécurité et les forces de l’ordre. Bien plus chers que les dispositifs de première génération, ils offrent de meilleures performances que ces derniers. D’ailleurs, ils « illuminent » une plus grande distance et permet d’identifier un objet à plus de 200 m.
Ces appareils offrent des images de meilleure qualité que les modèles de deuxième génération. Ils sont donc aussi plus couteux que ces derniers. Ils sont équipés d’un système d’amplification avec filtre chimique qui éclaircit encore plus l’obscurité. En outre, ils ont été conçus pour ajuster automatiquement leurs paramètres selon l’intensité de la lumière ambiante.
Ces appareils sont les plus haut de gamme, ils offrent une qualité d’image inégalée. Ils sont donc également les plus chers. Ces modèles sont employés par l’armée de nombreux pays et quelques personnes fortunées. Ils offrent les meilleures performances dans les milieux à très faible luminosité.
Les aspects des dispositifs à vision nocturnes

Choisir un dispositif à vision nocturne puisqu’il faut prendre en compte la génération et la forme de l’appareil à acheter. Les modèles peuvent se présenter sous diverses formes qui permettent des utilisations spécifiques.
– Les jumelles à vision nocturne sont des modèles largement utilisés pour la surveillance des animaux en pleine nuit. Ils offrent généralement un zoom de 4X et peuvent voir jusqu’à 600 m selon la génération de l’appareil.

– Les appareils monoculaires à vision nocturne qui sont moins chers que les jumelles, mais peuvent être utilisés comme ces dernières et avancent des performances assez similaires.

– Les lunettes de visée à vision nocturne qui sont utilisées par les militaires et quelques amateurs de paintball et d’airsoft.