Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


lundi 31 mai 2010

Revival Eighties

Depuis quelques jours, et dans la perspective d’avoir de la musique pour égayer mes zoreilles pendant mes longues journées de navigation en solitaire, je charge la mule.

Oui je sais, c’est pas bien.

Mais en même temps je n’ai pas trop le choix. Ce n’est pas avec la petite dizaine de cd que j’ai à la maison que je vais arriver à occuper ma circumnavigation. Je risque de m’en lasser assez vite, et pour peu que j’en accroche un ou deux dans les haubans pour effrayer les mouettes, je vais vite péter un plomb d’entendre toujours la même chose. De plus, le bruit du vent dans les voiles c’est bien joli, mais il arrive un moment où ça lasse.

Or donc, je charge la mule. Et parmi les premiers albums que je me suis procuré je me suis tout naturellement tourné vers ceux qui sont chers à mon cœur et que je ne possède pas déjà. Des trucs qui me rappellent ma jeunesse ou des moments importants de ma vie.

Et parmi ceux là, figure en bonne place l’album live de Dire Straits datant de 1984 : Alchemy.

Probablement un des plus grands albums de la terre entière et des proches galaxies. The must of the must. Une galette en or du temps ou les chanteurs savaient ce que c’était que d’être avant tout des musiciens.

Bref, depuis trois jours je kiffe ma race au son des guitares mélodieuse de Roméo and Juliet, Telegraph Road et autres Sultans of Swing. Je m’imagine déjà dans ma solitude humide en train de faire de l’air-guitare sur le pont, mimant avec mes doigts des accords improbables.
D’ailleurs, c’est bizarre. Je me suis rendu compte que même si cela doit faire une bonne quinzaine d’années que je ne l’avais pas réécouté, mes doigts eux s’en souviennent parfaitement. C’est dingue la mémoire des gestes...

En plus, ce disque est particulièrement chargé en émotion, puisqu’il accompagna ce qui furent probablement les plus belles années de ma vie... Donc, forcément je ne vous raconte même pas la nostalgie !

Donc voilà, je voulais vous en faire profiter... Et en cherchant des images pour illustrer mon propos je suis tombé sur cette version de Sultans of Swing.
Et c’est là que je me suis rendu compte que la mode des années quatre-vingts a particulièrement mal vieillie si vous voulez mon avis...

La musique est toujours aussi bonne, mais les fringues ! Doux Jésus ! Quand je pense qu’à cette époque je ne rêvais que d’une chose : Porter un teeshirt sans manche sous une veste aux manches relevées ! Et je ne vous parle même pas de la coupe de cheveux. Court sur les côtés et long derrière ! L’horreur !

Bon, vous faites comme vous voulez, mais je ne vous en voudrais pas si vous préférez écouter sans voir la vidéo !

L’important c’est que vous écoutiez celui qui reste très certainement un des plus grands guitaristes du monde, Marc Knopfler



14 commentaires:

Thierry D. a dit…

Il me semble que ce type de téléchargement est dépassé.
Personnellement, quand je n'ai pas envie d'acheter un CD, j'écoute ce qui m'intéresse sur deezer.
Et pour les DVD, je vais sur streamiz.
Comme ça, pas de disques vierges à acheter, pas de disques gravés à retrouver sur l'étagère, ni à re-ranger après écoute, etc...

Gwendal a dit…

@Thierry : C’est d’habitude ce que je fais moi aussi, et c’est pourquoi j’ai si peu de cd. Mais si tu as suivi l’histoire, là où je vais, je vais avoir un peu de mal à être connecter en permanence. D’où mon souci d’avoir un support physique, cd ou mp3.

Gildan a dit…

Ah ! Dire Straits.
Merci pour cette "madeleine Proustienne"!
Pour une Meilleure écoute de ce chef d'oeuvre : être passager d'une 250GT ou une Golf ancien modèle, sur route de campagne, par un beau matin de printemps, musique à fond ! Sensation !
;^)

philippe a dit…

sinon y aussi la traction avant
avec Trenet et le coeur qui fait boum...

Gwendal a dit…

@Gildan : Dans ma deuche noir, ça le faisait aussi très bien, crois-moi ! Sauf qu’il fallait mettre la musique un peu plus forte à cause du bruit du moteur...

@Philippe : Ne te fais pas plus vieux que tu n’es mon Philippe !

cazo a dit…

Cher Gwen, ben moi, Dire Straits, dès Communiqué... j'ai plus aimé!! Tous les goûts sont dans la nature... Pour ce qui est de la zique, j'ai envoyé à un copain antillais une clef USB de 4 giga pleine à craquer.. Je charge pas la mule, moi... je me sers à la médiathèque de mon village... c'est pareil, sauf que personne ne peut m'emmerder !!

Si tu veux la même chose, pas de problème... je te l'amène le 18 ou le 19 ??

monique a dit…

Tu avais un lecteur dans ta deuch, Gwen ! ouahh ! luxe!
Moi dans la première deuch, j'avais un transistor sur le siège passager..la différence de générations !!

Dire Strait, javais oublié ..oui ça nostalgique pour moi aussi...

Gwendal a dit…

@Cazo : Merci pour la proposition, je vais y réfléchir.

@Monique : J’ai souvenir également d’un lecteur de cassette Phillips posé sur le siège avant... Ouah que de souvenirs !

captainhaka a dit…

Moi zaussi j'avais une deuche !!!!
Une modèle 73, avec un autoradio cassette qui bouffait les bandes ! Un vrai vorace. Vers la fin, les deux cylindres faisaient un tel raffût qu'on ne pouvait plus rien entendre.
Tu couperas les moteurs, dès que tu sortiras du port ... puis au largue !

Gwendal a dit…

@Captainhaka : Moi c’était un modèle de 76… Qu’est-ce que je l’aimais cette voiture ! Repeinte en noir à la main et au pinceau s’il vous plait !

cazo a dit…

Bon, puisqu'on en est à parler guimbarde et matos, moi c'était une mini 1000 avec un auto-radio à cartouche 4 pistes et nec plus ultra, deux enceintes de chaîne hi-fi posées dans les vides poches arrières!!

J'ai gagné???

monique a dit…

Un jour, je vous parlerais de toutes mes deuch..
mais là, t'as gagné ,Cazo !

Gwendal a dit…

@Cazo : Ah ouais ! Ça devait le faire un max ! Champion du monde le Cazo !

@Monique : Ah lala... C’était le bon temps... Ou avec simplement les cours de technologie niveau troisième tu pouvais réparer ta voiture comme un pro...

captainhaka a dit…

Cazo, j'ai eu une mini 1000 special.
je l'ai ruinée dans la vallée du Guercif en 1985 sur la route de Fès au Maroc : 45° à l'ombre, mais il n 'y avait pas d'ombre nulle part. Bonne bagnole mais sacré tape-cul (mon derrière s'en souvient encore) :^)