Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


mercredi 11 novembre 2009

Les délires d’Eric Raoult, ou la montée d’un fascisme ordinaire

J’avais plus ou moins décidé de faire l’impasse sur le sujet tant l’affaire me paraissait ridicule, comme ça au premier coup d’œil, et puis… Finalement non.
En fait, c’est en lisant ce matin l’article d'Humeurs de Gauche sur le sujet, que je me suis dit qu’il fallait que je participe moi aussi au tollé, et même que j’en rajoute une couche si besoin était.

Je veux parler bien sûr de cette déclaration immonde d’Éric Raoult, député de la Seine-Saint-Denis et accessoirement diplômé de l’Institut Français de Presse.

Pour ce qui est du rappel des faits, reportez-vous au texte de GdC. Comme ça, moi ça me fait gagner du temps, et en plus je doute de pouvoir faire mieux…
Donc, pour monsieur Raoult, les écrivains récompensés (ici Marie Ddiaye), devraient s’en tenir à ce qu’il appelle « un devoir de réserve » et éviter de critiquer son propre pays dans les médias… Le texte exact de sa protestation auprès du ministre de la culture étant :

« Monsieur Éric Raoult attire l’attention de M. le ministre de la Culture et de la Communication sur le devoir de réserve, dû aux lauréats du Prix Goncourt.
En effet, ce prix qui est le prix littéraire français le plus prestigieux est regardé en France, mais aussi dans le monde, par de nombreux auteurs et amateurs de la littérature française.
A ce titre, le message délivré par les lauréats se doit de respecter la cohésion nationale et l’image de notre pays. »
« Le droit d’expression ne peut pas devenir un droit à l’insulte »

Il y aurait énormément à dire en reprenant point par point la déclaration de ce monsieur, notamment en ce qui concerne le devoir de réserve qui n’a aucune réelle existence juridique dans notre pays pour les civils. Mais une analyse de texte serait déjà trop d’honneur pour de tels propos.
On pourrait d’ailleurs aussi traiter par le dédain une telle demande et ne lui apporter aucune attention… Le ridicule ne méritant pas le temps qu’on perd à le dénoncer.

Pour ma part, je pense que ce que monsieur Raoult à déclarer est certes ridicule et complètement déplacé, mais aussi très grave.
C’est très grave car c’est la parfaite expression du totalitarisme intellectuel. Et le fait que cette opinion soit émise par un type qui a fait des études de journalisme me laisse perplexe…

A mon sens, il ne faut pas prendre à la légère de tels propos et y voir un énième coup de sonde à destination de l’opinion public. En effet, le gouvernement de Sarkozy nous a habitués depuis son avènement à ce genre de pratique qui consiste à balancer une bonne grosse bombe médiatique histoire de voir comment le peuple réagit. Si la réaction est trop forte, on recule aussitôt. Si le message passe, on va plus avant… C’est classique depuis 2007, et en plus ça marche.

Donc, je pense qu’il ne s’agit pas là des délires mégalomaniaques d’un gros nul comme le dit GdC, mais bel et bien d’une tentative de corruption d’une de nos valeurs les plus sacrées. A savoir la liberté d’expression.

Si nous laissons passer une telle chose, vous verrez que la suite ne tardera pas à nous tomber sur la gueule. A commencer par nous, blogueurs et commentateurs de la vie politique de notre pays.

Ce genre de déclaration, ce n’est ni plus ni moins que du fascisme. C’est l’expression d’un désir de voir se taire toute forme de contestation au profit d’une pensée unique. Et si vous ramenez les propos de monsieur Raoult dans le contexte du débat sur l’identité nationale actuellement en cours, ils prennent alors tout leur sens… Ils nous dessinent une France merveilleusement unanime derrière son chef. Une France aseptisée. Une France fasciste.

Et en ce qui me concerne, une France morte.

Alors, quitte à me mettre en délicatesse avec la loi, je vais rajouter une couche par rapport à ce que disait mon collègue : Éric Raoult n’est pas un gros nul, c’est un gros fasciste nul.

24 commentaires:

aslan a dit…

Ouaip, Gwen, d'aucuns disent que Raoult n'est qu'un gros con et que parler de fascisme est une outrance. Pour ma part je dirais que le fascisme c'est une forme habituelle que prend le régne des gros cons.

Gwendal a dit…

Pas mieux mon cher Aslan... Pas mieux.
Quant à l'outrance, je m'en tape le coquillard. La suppression de la liberté d'expression d'un simple citoyen, c'est du fascisme. Point barre.

Philippe a dit…

Je pense que ces types là ont toujours existé, qu'on les appela des fâcheux ou bien des ridicules, c'est peut être un signe des temps où l'on se complait dans l'auto censure à savoir ce fameux devoir de réserve qu'on m'a présenté comme fin de non recevoir l'année dernière lorsque je m'étais entiché de faire un petit sujet sur ma poste qui progressivement réduit, réduit, réduit...et la guichetière qui est la première a en souffrir d'avoir peur de parler...Bon, on devient mou du genou probablement et ces mecs ont été élus ce qui rend la chose encore plus triste...A contrario j'estime qu'en France on a le devoir d'ouvrir sa gueule on n'est pas des ministres et pourquoi une journée de commémo ration d'une seule voix avec 6 radios entremêlées et confondues d'un si petit esprit, Merdre

Philippe a dit…

et pourquoi pas je voulais écrire...et tes courses alors? et ton pied, tu l'as pris ton pied à acheter ton butum?

Cécile Delalandre a dit…

rappelons aussi que ce Raoult,a en 2004 co-signé un amendement visant à rétablir la peine de mort, puis s’est illustré en sa qualité de maire de Raincy, à être la première ville de France à déclarer le couvre-feu, en 2005..a aussi approuvé l'expulsion d'une journaliste du Monde, Florence Beaugé etc... et j'en passe, et des pires!

Pseudo a dit…

Moi je vais me contenter d'un simple:

Voir ce que pense chomsky de la liberté
d'expression :)

Gwendal a dit…

@Philippe : Je ne pense pas que l’autocensure soit quelque chose de naturel chez l’homme fut-il un facho de première. Ou alors c’est que je me suis trompé du tout au tout sur la nature humaine, et là… ca me ferait bien chier. (Kézako un butum ?)

@Cécile : Exact, le triste sire n’en n’est pas à sa première idée débile… Il est coutumier du fait, comme on dit. Ce qui change, c’est que ces gens-là se croient permis de l’ouvrir publiquement alors qu’avant ils ne faisaient que murmurer du fond de leur égout.

@Pseudo : Quel verset ?

Philippe a dit…

Ar Butum le tabac en breton... ben si Gwen souvent l'auto censure est là...je le constate souvent, ouvrir sa gueule c'est pas inné c'est une éducation...ah l'éducation on en aura jamais assez besoin de moyens pour çà... Cécile Quant à Raoult c'est la phrase d'Audiart qui lui convient le mieux..." "les cons çà ose tout..."

Gwendal a dit…

Pas d’accord mon Philippe ! La preuve, les enfants ouvrent toujours leur gueule et c’est l’éducation qu’on leur donne qui leur apprend à la fermer. En fait, peut-être que ce sont les marmots les plus insupportables qui font les contestataires les plus virulents ? Qui sait ?

Pseudo a dit…

Si tu te souviens du doc de mermet, tu rappellera que chomsky accepte la definition des lumiere qui est en gros une liberté d'expression total, tant que celle ci n'a pas pour conséquence une atteinte physique sur des personnes.

C'est du moins ce que je pense avoir compris.

Et surtout, et c'est ce a quoi je pensais plus particulièrement, c'est que la liberté d'expression n'a vraiment de sens que si celle ci s'applique principalement au idées que tu déteste.
En prenant l'exemple de staline ou hitler qui devait certainement défendre et être d'accord sur la liberté d'expression concernant ceux qui partageaient les mêmes idées qu'eux, pour les autres en revanche…

Donc soit on accepte et on défends la liberté d'expressions pour tous le monde, soit on ne a défends pas du tout.

vla.

Pseudo a dit…

D'accord avec toi Gwen, sauf pour les enfant insupportable :)

Gwendal a dit…

Ouais t'as raison. Quand j'étais loupiot j'étais hyper sage comme gamin et j'avais pas le droit de l'ouvrir... En fait je me rattrape maintenant !
Donc mon commentaire ne tient pas.

2Casa a dit…

Baaaah, moi j'étais insupportable, j'ai tout fait pour rentrer dans le rang mais je peux pas m'empêcher de l'ouvrir (jusqu'à manquer de me faire casser la tête par mon sergent coy en plein rapport de discipline ! Y'a probablement que son adaptation à lui qui m'a sauvé d'une royale pâtée) et du coup pas un potager au cordeau qui veut de moi (bahut, armée, boulot, administration...).

Même maintenant quand je me donne la peine d'aller passer un entretien d'embauche faut que je me fasse virer en 3mn chrono.

Y'a quand même bien une disposition naturelle à l'allergie envers l'autorité !

Peut-être un gène ? ;) (Dommage que toutes les grandes idées de nos petits politiques ne fassent pas florès !)

Graine d'insoumis...

BiBi a dit…

Oui Raoult est de la pire espèce : celle qui a peur de la littérature et qui applaudirait - si c'etait possible - à des autodafé.

Gwendal a dit…

@2casa : Et ben, c’est pas avec des types comme nous qu’elle va se redresser l’économie de notre pays !

@Bibi : Salut Bibi ! Bienvenu à toi ! Oui, c’est le genre de truc qui doit bien lui plaire ça…

2Casa a dit…

Qui a dit que je souhaitais le redressement de l'économie ?!

Un effondrement plus rapide m'irait encore mieux et s'il faut vraiment un coup d'épaule discret de cette force vive que je représente, ben, c'est pas ça qui m'empêchera de dormir...

Je fais déjà ce que je peux comme mauvais représentant de l'identité, comme non-consommateur et comme "malgré nous". Dommage que l'on ne soit pas un peu plus nombreux !

monique a dit…

j'ai trouvé cette citation pour détendre l'atmosphère :

"L'autocensure et la Légion d'honneur sont les deux principales causes de mortalité chez les journalistes". Pascal MOUROT

Xème tentative de fermeture de gueule à une intellectuelle par ce gouvernement de m....

Je n'ai pas pu m'empêcher de penser un peu à Rama Yade.
Etre femme, noire, et ouvrir sa gueule, en france, en cette saison, ça craint !!!
Mais il y a celle qui rentre dans le rang et celle qui ne marchera jamais le bras droit levé.

Moi aussi, on va avoir du mal à me la faire fermer ! Je rêve d'un débat public face à ces fachos !

Gwendal a dit…

@2Casa : Oui bien sûr, vu comme ça… Tiens, mardi quand je suis allé faire mes courses, je me suis pris la tête avec la caissière parce que je ne voulais pas payer avec ma carte bleue malgré le fait que mon compte soit approvisionné ! J’ai essayé de lui expliqué pourquoi, mais j’ai eu l’impression de m’adresser à un mur…

@Monique : Je ne sais pas… Un débat, c’est déjà leur faire trop d’honneur ! Mais bon soit ! Soyons démocrates puisqu’il le faut…

Lapin myxomatique a dit…

Elle est super ton illustration (en passant)et même si je vois tout flou.

Gwendal a dit…

Ah ! C’est toi ? Je me demandais qui était ce lapin myxomatosé… Myxomatique !
Collyre toi les n’oeils, tu verras ( ?) ça ira mieux…

Cécile Delalandre a dit…

@Mob
excellente ta citation, ma belle! *_* Parmi celle qui ouvrent leur gueule et qui s'en sortent sans trop se trahir je pense à Fadela...
@Cazo
moi aussi je crois que c'est un gène.. j'en suis affublée et ça n'est pas une synécure! *_*

Bourreau fais ton office a dit…

Moi itou, une citation (Eric Chevillard) :


"Décret du 10 novembre 2009 relatif aux prix littéraires. Sur proposition de Monsieur le député Eric Raoult, le prix Goncourt sera désormais attribué chaque année au porte-parole du gouvernement. (Journal Officiel)

Gwendal a dit…

Frédéric Lefebvre bientôt prix Nobel de littérature ?

Anonyme a dit…

A l’UMP, on débat à toute vitesse et parfois plus vite que son ombre. Je ne parle pas simplement du débat sur l’identité nationale exhumé opportunément à l’horizon de régionales qui risquent de n’être pas aussi bonnes que ça pour la majorité. Je parle de la sortie au bulldozer du député Eric Raoult qui, le jour où les cons voleront, sera certainement chef d’escadrille. Eric Raoult n’a en effet pas digéré les propos tenus par l’écrivain Marie NDiaye en août dernier qui qualifiait la France de Sarkozy de “monstrueuse”. Outre que ces propos ont été tenus bien avant l’obtention du prix Goncourt, ce qui est proprement stupéfiant, c’est l’argument employé : “Une personnalité qui défend les couleurs littéraires de la France se doit de faire preuve d’un certain respect à l’égard de nos institutions”. Les couleurs de la France ? Venant quelques siècles après Rabelais, Molière, Voltaire, Beaumarchais, écrivains qui n’avaient pas la langue dans leur poche, cette déclaration en dit long sur la régression intellectuelle de l’actuelle majorité qui pense qu’un écrivain français doit être “la voix de la France” et pourquoi pas de “la terre qui ne ment pas”. Heureusement, le juré du prix Goncourt Bernard Pivot a répondu comme il se doit à Eric Raoult, en se gaussant de ce prétendu droit de réserve qui n’existe que dans l’imagination des censeurs. Ce qui n’est pas le cas du piteux et soudainement taiseux Frédéric Mitterrand condamné à lécher la coupe de la culture qu’on lui a octroyée jusqu’à la lie.

Rachid