Je voulais vous dire…


Un blog qui parle de politique, de social, d'environnement... De la vie quoi!


vendredi 9 mai 2008

L’homme qui plantait des arbres

Aujourd’hui je voulais vous faire partager un film. Il s’agit de « L’homme qui plantait des arbres ».
Appelons ça un dessin animé, si vous y tenez. Pour moi c’est beaucoup plus que ça. L’homme qui plantait des arbres, c’est d’abord un texte, celui de Jean Giono, écrit en 1953. C’est une véritable ode à la sagesse et au respect de la nature. Une ode à la vie.
Cette adaptation canadienne de Frédéric Back, date de 1987 et a remporté de nombreux prix, dont un Oscar. Et puis, bien sur, il y a la voix, superbe, grave, du regretté Philippe Noiret.
Sur le chemin d’un homme il y a toujours un livre, un film, une œuvre d’art quelconque qui influence sa vie. Pour moi, ce petit film en est un exemple.


Pour ceux qui ne connaissent pas, profitez c’est beau à pleurer. Pour les autres…et bien, reprenez en une dose, ça ne peut que vous faire du bien.


Pour des raisons techniques je vous présente cette œuvre en trois petits opus (10+10+4,23mn).
















5 commentaires:

Fantôme de Lune a dit…

Cet hymne à la vie est très émouvant, mais c'est la beauté du film, magnifique, qui m'impressionne le plus.

Gwendal a dit…

Je savais que ça allait te plaire Fantôme. Back est excellent et sert à merveille le texte de Giono, et avec Noiret, c’est la cerise sur le gâteau !

lucifer a dit…

très très beau !
Le texte , la voix l'animation, les couleurs la musique ...
Merci de partager cela Gwendal ! ma soirée en est tout enchantée ...

cazo a dit…

ah gwendal, comme tu nous gâtes avec ce petit bijou pictural à l'immense sagesse: un geste gratuit a une valeur inestimable car il est un don à l'humanité! des encres noirs semblables à des fusains s'épanouissent en encres de couleurs, comme ce semi-désert d'arides hostilités se mue en eden bariolé de reflets humanistes... génial, merci de nous avoir fait partager ce moment!!

Gwendal a dit…

Je viens de me le re-re-re-regarder. Encore une fois. Traitez-moi de lopette, mais ce film me donne les larmes aux yeux…